Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 34 personnes ont été tuées dans une attaque à l'explosif contre un marché aux bestiaux dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué jeudi des sources officielles et des témoins. Ils ont averti que le bilan pourrait s'alourdir.

Une autre source affirme que 56 personnes sont mortes dans l'attaque. Selon le porte-parole de la police de Yobe, des hommes armés ont fait irruption sur le marché en début de soirée et lancé des explosifs et ouvert le feu sur les commerçants et leur bétail.

Un commissaire de police a estimé que le mode d'action utilisé par les assaillants était la marque de la secte islamiste Boko Haram. "Tout le monde connait leur mode opératoire: ils lancent des explosifs et utilisent des armes à feu", a-t-il dit. "La fusillade a duré près d'une heure."

Bétail

Des habitants de Potiskum ont décrit jeudi matin un marché entièrement rasé par les flammes, le sol jonché de carcasses calcinées de bétail et affirmé que des dizaines de personnes avaient été tuées.

Selon l'un d'entre eux, des pompiers fouillaient dans la matinée les puits du marché, craignant que des victimes y soient tombées dans la panique.

Violences régulières

Le Nigeria est sans cesse secoué par des violences souvent imputées au groupe islamiste Boko Haram, qui a mené des attentats contre des églises, l'ONU, la police, l'armée et récemment des journaux. L'Etat de Yobe a déja été visé par Boko Haram.

Mais des gangs criminels ont aussi mené des attaques à mains armées, se faisant passer pour ces islamistes radicaux.

ATS