Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des centaines d'habitants ont fui samedi leurs habitations dans le nord-est du Nigeria après une nouvelle attaque d'islamistes, qui ont tué une trentaine de chrétiens depuis jeudi dans la région. Un couvre-feu a été décrété dans l'Etat d'Adamawa.

La secte islamiste Boko Haram avait fixé un ultimatum aux chrétiens à mercredi soir pour qu'ils quittent le nord majoritairement musulman du pays. Elle exige notamment l'imposition de la charia (loi islamique) dans tout le Nigeria.

Boko Haram a revendiqué la dernière série d'attaques ayant visé des chrétiens. La plus violente de ces attaques a fait 17 morts vendredi à Mubi, quand des hommes armés ont ouvert le feu sur un rassemblement de chrétiens, réunis pour pleurer la mort de leurs proches tués la veille.

Attentats à Noël

La secte Boko Haram a également revendiqué la responsabilité d'une série d'attaques à la bombe le jour de Noël, dont une contre une église près de la capitale Abuja, qui avait fait au moins 37 morts et 57 blessés.

Cette escalade meurtrière fait craindre la généralisation de violences interconfessionnelles dans ce pays de 160 millions d'habitants, le plus peuplé d'Afrique, également répartis entre les deux religions. Le Sud est à dominante chrétienne et le Nord essentiellement musulman.

ATS