Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police a mené un raid contre un "orphelinat" au Nigeria où ont été découvertes 17 adolescentes enceintes. Elle a arrêté la propriétaire soupçonnée d'y faire naître des bébés destinés à la vente et un jeune homme "soupçonné d'avoir été embauché pour féconder les filles".

La police avait été alertée par un Nigérian craignant que des "activités suspectes" se déroulaient dans le foyer prétendant être un orphelinat. Ce n'est pas la première fois que les autorités nigérianes démantèlent ce que les médias locaux appellent des "usines à bébés".

En mai, la police avait libéré 32 adolescentes enceintes, retenues dans les locaux d'une fondation accusée de forcer des jeunes femmes à mettre au monde des enfants destinés à la vente, dans l'Etat d'Abia.

Enfants sacrifiés

Certaines avaient indiqué qu'on leur avait proposé d'acheter leur nouveau-né 25'000 ou 30'000 nairas (140 ou 165 francs). Les enfants étaient ensuite revendus 300'000 à un million de nairas.

Des cas de trafic humain sont régulièrement rapportés en Afrique de l'Ouest où des enfants sont achetés auprès de leurs familles pour aller travailler dans les champs, les mines, les usines ou en tant que domestiques.

D'autres sont vendus dans le cadre de réseaux de prostitution et, dans des cas plus rares, ils sont torturés ou sacrifiés lors de rituels de magie noire.

ATS