Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 36 personnes ont été tuées dimanche dans des attentats contre trois églises de l'Etat nigérian de Kaduna et les émeutes de chrétiens en colère qui ont suivi. Cette région du nord du pays est régulièrement secouée par les violences du groupe islamiste Boko Haram.

Selon la police, seize personnes ont été tuées dans les explosions dans les trois églises. Et un responsable de la Croix Rouge dans la ville de Kaduna, a indiqué de son côté que les secours avaient "pour l'instant récupéré les corps de 20 personnes" tuées dans émeutes, pour la plupart brûlées vives.

Les attentats, dont des attaques suicide, ont eu lieu en un intervalle de près d'une heure à Zaria et Kaduna, les deux principales villes de l'Etat du même nom, où un couvre-feu immédiat de 24 heures a été décrété par les autorités locales.

"J'ai vu une voiture foncé vers l'église (de Shalom), elle a tout de suite explosé, tuant un soldat et deux gardes de sécurité", a raconté un témoin à Kaduna. Ces attaques n'ont pas été revendiquées, mais le groupe islamiste Boko Haram, auteur de nombreux attentats anti-chrétiens, a récemment déclaré qu'il continuerait à s'en prendre aux églises.

Musulmans lynchés

Des foules de chrétiens en colère se sont ensuite livré à des représailles contre des musulmans dans un faubourg majoritairement chrétien de la ville de Kaduna. Un correspondant de l'AFP a vu dix cadavres de ces victimes lynchées et évacués vers la morgue.

Dimanche dernier déjà, des attentats revendiqués par les islamistes de Boko Haram avaient visé deux églises du centre et du nord-est du Nigeria, faisant quatre morts, dont un kamikaze, et une cinquantaine de blessés.

"L'Etat nigérian et les chrétiens sont nos ennemis et nous lancerons des attaques contre l'Etat et son appareil sécuritaire ainsi que contre les églises jusqu'à ce que nous achevions notre but qui est d'établir un Etat islamique à la place de l'Etat laïc", avait dit un porte-parole des islamistes.

ATS