Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'équipementier de télécoms Nokia Siemens Networks (NSN) a annoncé mercredi un plan de restructuration prévoyant la suppression de 17'000 emplois dans le monde d'ici à fin 2013. L'objectif est de réaliser des économies annuelles d'un milliard d'euros par rapport à 2011.

Le groupe compte quelque 74'000 salariés au 1er novembre 2011. Les pays et sites affectés par ces réductions n'ont pas été précisés par l'entreprise germano-finlandaise. Ces économies doivent se faire au niveau des dépenses opérationnelles et des frais de production, annonce le groupe dans un communiqué.

Selon un analyste de la banque Nordea, cette annonce n'est pas liée aux difficultés actuelles rencontrées sur le marché. Elles semblent guidées par le souci d'aboutir à des synergies qui n'ont pas été complètement exploitées au moment de la fusion des deux entreprises suivie par l'acquisition de Motorola.

Plusieurs phases

Pour cet analyste, la réalisation d'un programme de restructuration de cette importance prendra des mois et, dit-il, "il est vraisemblable qu'il interviendra en plusieurs phases". Il estime que cette restructuration aura un effet positif sur Nokia.

Le 13 juillet, la coentreprise germano-finlandaise spécialisée dans les réseaux télécoms avait indiqué prévoir "de nouvelles mesures pour améliorer la compétitivité de l'entreprise en tant qu'entité indépendante", suggérant une prochaine restructuration. Nokia et Siemens avaient un temps considéré la possibilité de vendre des parts de NSN, mais y avaient renoncé en juillet.

Issue de la fusion en 2007 des activités de Nokia et Siemens, NSN a déjà réalisé plusieurs plans sociaux et a souvent subi des pertes au cours de sa brève histoire.

ATS