Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'introduction du traitement accéléré des demandes d'asile en provenance des Balkans semble déployer ses effets: le nombre de demandes déposées par des requérants de Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Serbie et Albanie a nettement reculé.

La dernière quinzaine d'août, 70 demandes ont été déposées en provenance de ces Etats, dans lesquels l'obligation de visa pour la Suisse a été levée en 2009 et 2010. Les deux semaines précédentes, leur nombre était encore de 274, montre la statistique de l'Office fédéral des migrations (ODM).

En outre, nettement plus de requérants d'asile des Balkans choisissent un retour volontaire: depuis l'introduction le 20 août du traitement des demandes dans les 48 heures, 432 personnes sont retournées dans leur pays d'origine, a indiqué à l'ats le porte-parole Michael Glauser, confirmant un article du "Matin Dimanche" et de la "SonntagsZeitung".

Interdiction d'entrée

Les mois précédents, les retours volontaires étaient bien moins nombreux. Selon M. Glauser, l'augmentation est due au fait, nouveau, qu'une interdiction d'entrée en Suisse menace les demandeurs lorsqu'ils ratent le délai de départ. Beaucoup de ces requérants souvent jeunes ne veulent manifestement pas courir ce risque.

Depuis le 20 août, les demandes déposées par des ressortissants d'Etats européens considérés comme sûrs sont traitées en première instance en deux jours. La nouvelle règle a été appliquée 159 fois durant les trois premières semaines.

La raison de la procédure accélérée est l'augmentation marquée des demandes en provenance des Balkans observée ces derniers mois. En majorité, il s'agit de cas de Roms, selon les statistiques de l'asile.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS