Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre de requérants d'asile reste stable en Suisse (archives).

KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

(sda-ats)

La Suisse n'avait pas accueilli un nombre si faible de requérants d'asile en six mois depuis 2010. Une tendance à la hausse est toutefois apparue dès avril. Pour l'ensemble de l'année, le SEM continue de tabler sur 24'500 requêtes.

Entre début janvier et fin juin, 9123 demandes d’asile ont été déposées. C'est moins que durant la même période en 2016 et il faut remonter à 2010 pour trouver un chiffre aussi si bas. Au deuxième trimestre, la Suisse a enregistré 4392 requêtes (-26% par rapport à 2016). Le nombre est toutefois à la hausse entre avril (1307) et juin (1634), a indiqué mercredi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

La Suisse a perdu de l'importance en tant que pays de destination. L'augmentation relevée au fil du deuxième trimestre 2017 s’explique par la hausse saisonnière de la migration par la Méditerranée centrale vers le sud de l’Italie, puis vers l’Europe centrale et septentrionale. Le mouvement devrait se poursuivre.

Un important potentiel migratoire subsiste aux frontières de l’Europe, au Proche-Orient et en Libye, susceptible d’entraîner à brève échéance une nouvelle augmentation du nombre des requêtes, note le SEM. Il n’est pas exclu qu'elle en totalise 30'000, voire davantage.

Au vu des demandes enregistrées jusqu'ici, le SEM estime toutefois que le scénario le plus faible (19'500 requêtes) est désormais aussi probable que celui qui prévalait jusqu’à présent (24'500). Aussi continue-t-il de miser sur ce dernier.

Erythréens nés en Suisse

D'avril à juin, le principal pays de provenance des requérants a été l’Érythrée, avec 802 demandes. Près d’un tiers de ces nouvelles requêtes sont toutefois celles d'enfants, dont les parents étaient déjà en procédure d’asile. La Syrie (595) arrive en deuxième position devant l’Afghanistan (334), le Sri Lanka (235), la Somalie (232), la Guinée (202), puis la Turquie (197).

Au cours du deuxième trimestre 2017, 6452 demandes d’asile ont été réglées en première instance. L’asile a été accordé à 1552 personnes. Au total, 2865 requêtes ont été rejetées, tandis que 632 autres, devenues sans objet, ont été classées.

En outre, 1403 décisions de non-entrée en matière (NEM) ont été rendues, dont 1318 dans le cadre d’une procédure Dublin. 2059 personnes ont été admises à titre provisoire. Le nombre de dossiers en suspens en première instance s’élevait à 23'788 à fin juin.

Contingents

Depuis 2013, la Suisse s’est engagée à admettre des groupes de réfugiés particulièrement vulnérables dans le cadre du programme de réinstallation du Haut-Commissariat de l'ONU (HCR). D'avril à juin, elle en a accueilli 121 au titre du nouveau contingent de 2000 personnes prévu par le Conseil fédéral d'ici fin 2018.

La Suisse prend par ailleurs part au premier programme européen de relocalisation. Elle va accueillir jusqu’à 1500 personnes, dont 1058 ont déjà pu venir. Au deuxième trimestre, elles étaient 328 dont 204 venant d'Italie et 124 de Grèce.

Au deuxième trimestre, 1856 personnes ont par ailleurs quitté la Suisse. Parmi elles, 419 l'on fait de manière autonome et contrôlée, 864 ont été rapatriées dans leur pays d’origine et 573 transférées dans un État tiers ou un État Dublin. Par ailleurs, 1532 personnes ont disparu de la circulation.

ATS