Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vingt-et-un candidats, un record, briguent un siège au Conseil d'Etat vaudois le 11 mars. L'élection opposera principalement le quatuor de gauche aux quatre représentants du bloc de droite. Le centre, avec cinq candidats sur deux listes, jouera les seconds violons.

Quatre contre quatre. C'est le résumé du premier tour de l'élection au Conseil d'Etat qui verra trois PS et une Verte affronter trois PLR et un UDC. Principal enjeu: le maintien ou non de la majorité de gauche acquise en décembre avec l'élection de la Verte Béatrice Métraux, qui a succédé à l'UDC Jean-Claude Mermoud, décédé en septembre.

Par le passé, le Conseil d'Etat n'a connu qu'une brève période à majorité de gauche, entre 1996 et 1998 après l'élection du popiste Josef Zisyadis.

Gauche conquérante

La gauche, qui a gagné les élections de l'automne dernier, part conquérante: le PS représente ses sortants Pierre-Yves Maillard et Anne-Catherine Lyon accompagnés de la syndique de Morges, Nuria Gorrite. Ils font liste commune avec la Verte Béatrice Métraux, avec laquelle ils présentent un front uni.

La droite repart avec ses trois sortants PLR, les radicaux Pascal Broulis et Jacqueline de Quattro, et le libéral Philippe Leuba. Mais elle forme avec l'UDC une alliance controversée. Claude-Alain Voiblet, qui incarne la nouvelle ligne plus blochérienne de l'UDC vaudoise, pourrait ne pas faire le plein de voix à droite.

Maillard et Broulis

Les sortants devraient être réélus sans problème, Pierre-Yves Maillard et Pascal Broulis en tête, probablement dès le 1er tour. La principale inconnue est de savoir à qui ira le siège laissé abandonné par l'écologiste François Marthaler qui ne se représente pas: à un troisième PS, scénario le plus probable, ou à l'UDC.

Le centre, une force montante qui a engrangé près de 10% des voix lors des scrutins de l'automne, pourrait jouer un rôle au second tour, le 1er avril. Gauche et droite ont songé à inclure un centriste sur leurs listes. Mais ces démarches n'ont pas abouti. Chez les Vert'libéraux, la base a sèchement refusé de figurer sur le même ticket que l'UDC.

ATS