Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les emballages en papier et en carton pour les aliments contiennent trop souvent des résidus indésirables, révèle une analyse des chimistes cantonaux (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

De nombreux emballages de denrées alimentaires en papier et en carton posent problème. Ils contiennent des substances dans des quantités dépassant les valeurs maximales en vigueur. Les entreprises concernées doivent rectifier le tir.

Sur 78 emballages analysés en 2017 par l'Association des chimistes cantonaux de Suisse (ACCS), onze (14%) dépassaient les normes admises, a indiqué mercredi l'ACCS. Les échantillons ont été examinés par le laboratoire cantonal de St-Gall, spécialisé dans ce domaine.

Il a mené 353 analyses chimiques et 72 appréciations de concepts d'autocontrôle. Ces examens portaient sur des gobelets à café, cartons à pizza, sacs en papier pour farine et céréales, cornets à pain et emballages pour des produits à l'emporter.

Les emballages litigieux présentent des résidus chimiques. Il s'agit de composants d'encres inadaptées et de composés chlorés issus de la production de papier. Dans 42 autres échantillons (62%), le laboratoire a identifié des résidus d'huile minérale qui risque de migrer dans la denrée alimentaire au cours du stockage.

Mesures prises

En outre, un emballage en papier présentait un dépassement massif de la valeur maximale pour le chloropropane ainsi qu'une valeur anormalement élevée d'huile minérale. Afin d'assurer la protection des consommateurs, cet emballage, ainsi que trois autres, ne pourront être utilisés que sous certaines conditions. Les entreprises concernées ont préféré les éliminer.

Pour les emballages contestés, les entreprises pointées du doigt ont dû clarifier les causes des résidus et prendre des mesures pour améliorer la situation, relatent les chimistes cantonaux dans leur communiqué.

Insatisfaisant

Les spécialistes ont aussi examiné comment les entreprises, dans le cadre de leur autocontrôle, ont vérifié la conformité des emballages. Pour plus de la moitié d'entre elles, les résultats sont insuffisants. Ces sociétés sont donc appelées à améliorer leur autocontrôle.

Les chimistes cantonaux jugent la situation insatisfaisante pour les emballages alimentaires en papier. Ils surveilleront par conséquent, par des contrôles de suivi, l'application des mesures d'amélioration, précisent-ils.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS