Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les requérants d'asile mineurs non accompagnés ne devraient plus bénéficier d'une prise en charge particulière dans le canton de Berne. Les citoyens ont refusé un crédit de plus de 100 millions de francs sur quatre ans pour couvrir les frais d'hébergement et d'encadrement (photo prétexte).

KEYSTONE/TI-PRESS/CARLO REGUZZI

(sda-ats)

Les Bernois ont refusé par 54,3% des votants un crédit de 105 millions de francs dans le domaine de l'asile, consacré pour l'essentiel à l'accueil de mineurs non accompagnés. Le référendum lancé par un comité emmené par l'UDC a convaincu une majorité de citoyens.

Ce crédit de 105 millions de francs pour une période de quatre ans a été refusé dimanche par 157'589 voix contre 132'689. La participation s'est élevée à 39,5%. Sur cette somme, plus de 90 millions auraient été attribués à l'accueil d'enfants et d'adolescents arrivés en Suisse sans leurs parents.

Les requérants d'asile mineurs non accompagnés (RMNA) sont hébergés dans des centres spécialisés pour tenir compte de la protection de l'enfance et de la jeunesse. Ce choix occasionne des coûts plus élevés que chez les adultes qui ne sont pas couverts par les forfaits de la Confédération, d'où la demande de crédit.

L'issue du scrutin constitue un revers pour le Conseil-exécutif et le Grand Conseil qui avaient soutenu cette aide financière en matière d'asile. Ils estimaient que le bien-être des enfants qui arrivent en Suisse sans leurs parents était prioritaire et qu'il fallait leur offrir une prise en charge particulière.

Arguments financiers

Mais les arguments financiers avancés par le comité référendaire ont su convaincre une majorité de citoyens. Emmené par l'UDC, ce comité estimait que le canton de Berne n'avait pas à "offrir délibérément des solutions luxueuses". S'agissant des RMNA, il a affirmé qu'il ne s'agissait en majorité pas d'enfants, mais de jeunes adultes.

Fer de lance des opposants, l'UDC a souligné durant la campagne qu'il fallait trouver une autre solution qui ne "pèse pas sur les contribuables". Pour ce parti, la charge financière assumée par le canton de Berne dans le secteur de l'asile est déjà plus élevée qu'ailleurs.

Enfants non accompagnés

Le canton de Berne n'aura à l'avenir plus assez d'argent à disposition pour le domaine de l'asile. Il ne sera ainsi plus possible d'assurer un encadrement et un hébergement des mineurs qui respectent la protection de l'enfance. Les RMNA devront donc être transférés dans des structures d'accueil ordinaire.

Au cours des dernières années, le nombre de mineurs arrivés sans parents en Suisse pour y déposer une demande d'asile a augmenté. D'autres cantons que celui de Berne ne parviennent pas non plus à couvrir leurs frais à l'aide des forfaits. Ils négocient pour cette raison une hausse des contributions fédérales pour les RMNA.

Route de contournement

Le corps électoral a en revanche accepté à une confortable majorité un crédit d'étude de 6,6 millions de francs pour le réaménagement du réseau routier d'Aarwangen à Langenthal Nord. La construction de cette route de contournement avait été contestée par référendum.

Cet axe permettra à la commune d'Aarwangen d'être délestée du trafic de transit. Le comité référendaire s'opposait à ce projet pour des raisons à la fois environnementales et financières. Les travaux devraient débuter en 2022.

ATS