Toute l'actu en bref

Les petits Argoviens devraient apprendre deux langues étrangères à l'école primaire, comme le veut le plan d'étude "Lehrplan 21" (Photo prétexte).

KEYSTONE/AP/ELAINE THOMPSON

(sda-ats)

Les opposants au plan d'études scolaires alémanique "Lehrplan 21" ont une nouvelle fois échoué. Les Argoviens ont clairement rejeté dimanche l'initiative "oui à une bonne éducation".

L'initiative a été refusée par 69,5% des votants. La participation a atteint 42,4 %.

Le gouvernement et le parlement recommandaient de rejeter ce texte pour ne pas isoler l'Argovie du reste du pays en matière d'éducation. Le comité d'opposition à l'initiative comprenait des représentants de presque tous les partis, des syndicats, des chambres de commerce, d'organisations d'enseignants, des directions d'écoles et de présidents des autorités scolaires locales.

Déposée en juin 2015 par un enseignant, l'initiative exigeait notamment qu'une seule langue étrangère soit enseignée à l'école primaire. En cas d'acceptation, la loi scolaire aurait dû être modifiée et complétée avec une énumération des branches dispensées à l'école primaire et à l'école secondaire.

Surcharge pour les écoliers

L'Argovie n'a pas adhéré à l'accord intercantonal sur l'harmonisation de la scolarité obligatoire (Harmos). Le canton peut donc choisir son plan d'études. Le gouvernement a porté son choix sur le "Lehrplan 21", qui prévoit notamment l'apprentissage de deux langues étrangères à l'école primaire. Les opposants au "Lehrplan 21" estiment qu'apprendre deux langues étrangères est une surcharge pour les écoliers.

Et ils ne se sont pas manifestés qu'en Argovie. Des initiatives visant le plan d'études alémanique ont abouti dans plusieurs cantons. Les Lucernois se prononceront, en septembre probablement, sur l'initiative "oui à une seule langue étrangère à l'école primaire". Le gouvernement et le parlement recommandent de la rejeter.

Refus à Schaffhouse et en Thurgovie

En novembre 2016, les citoyens des cantons de Schaffhouse et de Thurgovie ont clairement rejeté des initiatives contre le "Lehrplan 21". En Thurgovie, le parlement doit encore se prononcer sur le plan d'études cantonal. Le gouvernement a présenté deux versions: l'une intègre le français à l'école primaire, l'autre ne prévoit son enseignement qu'à partir du secondaire.

A Bâle-Campagne, les citoyens ont refusé une initiative exigeant que le plan d'études soit soumis au parlement. Dans le canton de Schwyz, l'initiative des opposants au "Lehrplan 21" a été déclarée irrecevable. Saisi par les initiants, le Tribunal fédéral a donné raison aux autorités cantonales. A St-Gall en septembre 2016, les citoyens ont refusé une initiative demandant que le canton se retire du concordat intercantonal Harmos.

Répartition des tâches et péréquation

Les Argoviens étaient appelés dimanche à se prononcer sur quatre autres objets. Ils ont approuvé par 57,2 % des voix un projet de nouvelle répartition des tâches entre le canton et les communes. Ils ont dit oui par 57,5 % des voix à un nouveau système de péréquation financière cantonale. Le référendum avait été lancé avec succès contre ces deux objets par un comité emmené par le maire d'une petite commune.

Les citoyens du canton ont en revanche rejeté par 70,6 % des voix l'initiative "travail et formation pour tous" lancée par les syndicats. Elle visait à favoriser l'insertion des personnes grâce à la formation. Ils ont également rejeté par 69,5 % des voix l'initiative du PS "ensemble contre la pauvreté des familles". Elle exigeait plus de soutien social pour les familles à bas revenus ayant des enfants.

ATS

 Toute l'actu en bref