Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'extrémiste de droite Anders Behring Breivik a été formellement accusé d'"actes de terrorisme" et d'"homicides volontaires" mercredi par le Parquet. Il est l'auteur des attaques qui ont fait 77 morts l'an dernier en Norvège.

Les chefs d'accusation retenus sont passibles de 21 ans de prison ou de rétention de sûreté - incarcération renouvelable tant que le prisonnier sera jugé dangereux -, à moins qu'il ne soit reconnu pénalement irresponsable, auquel cas il risque l'internement psychiatrique.

A ce stade de la procédure, le Parquet s'est dit prêt à reconnaître l'irresponsabilité pénale de Behring Breivik, déclaré psychotique par une première expertise officielle, et à demander l'internement tout en se réservant la possibilité de changer de position si de nouveaux éléments émergeaient.

L'acte d'accusation a été lu dans la matinée à l'extrémiste de 33 ans dans la prison d'Ila, près d'Oslo, où il est actuellement en détention provisoire dans l'attente de l'ouverture de son procès le 16 avril. "Il était totalement calme", a témoigné un des officiers de police qui lui a signifié son inculpation.

Deuxième expertise en cours

Le 22 juillet 2011, déguisé en policier, Behring Breivik avait fait feu pendant plus d'une heure sur un rassemblement de jeunes travaillistes sur l'île d'Utoeya, près d'Oslo, après avoir fait exploser une bombe près du siège du gouvernement norvégien.

L'accusé fait actuellement l'objet d'une deuxième expertise psychiatrique après que deux premiers experts mandatés par le tribunal d'Oslo ont conclu l'an dernier qu'il était psychotique, souffrant de "schizophrénie paranoïde", et qu'il ne devrait donc pas être passible d'une peine de prison.

Vu la minutie avec laquelle l'auteur du pire carnage commis sur le sol norvégien depuis la Seconde Guerre mondiale avait préparé son projet meurtrier pendant plusieurs années, cette évaluation avait fait des vagues et conduit la cour à demander une nouvelle analyse.

ATS