Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des heurts violents opposent des occupants illégaux de terrains à Notre-Dame-des-Landes et les forces de l'ordre depuis lundi.

KEYSTONE/EPA/THIBAULT VANDERMERSCH

(sda-ats)

De violents affrontements ont à nouveau éclaté mercredi dans l'ouest de la France entre forces de l'ordre et occupants de terrains initialement destinés à la construction d'un aéroport. C'est le troisième jour d'une opération massive destinée à les déloger.

Près de trois mois après l'abandon d'un projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (ouest), le gouvernement français a lancé lundi cette opération mobilisant 2500 gendarmes pour expulser des militants qui occupent depuis plusieurs années la "zone d'aménagement différé" (ZAD). Ils l'ont rebaptisée "zone à défendre".

Parmi les zadistes figurent des militants écologistes et altermondialistes et des agriculteurs qui ont lancé des projets agricoles sur plusieurs centaines d'hectares de la zone.

Tirs de grenades lacrymogènes

Mercredi, des heurts ont éclaté dès l'aube entre gendarmes mobiles et "zadistes" positionnés derrière des barricades, et se poursuivaient dans la soirée. Plusieurs dizaines de manifestants ont été blessés, selon l'équipe médicale des zadistes, sans pouvoir établir un bilan précis.

Côté gendarmes, quatre ont été blessés mercredi, soit un total de 32 depuis lundi, selon une source proche du dossier. Les gendarmes ont répliqué dans la matinée aux projectiles lancés par un groupe de quelque 70 zadistes avec des tirs de grenades lacrymogènes et de désencerclement.

Les affrontements se sont ensuite déplacés dans un champ voisin. Jusqu'à 300 zadistes au plus fort, selon une source proche du dossier, armés de boucliers artisanaux et de raquettes pour renvoyer les grenades, y ont fait face plusieurs heures aux forces de l'ordre.

Charge massive

Le calme est revenu vers midi, avant un rassemblement de plus de 500 personnes, des zadistes mais surtout de nombreux soutiens de tous âges. Puis la tension est à nouveau montée lorsque les gendarmes ont lancé une charge massive pour repousser les manifestants, les encerclant ou les contraignant à fuir à travers bois.

Face à la violence des affrontements, deux députés du parti présidentiel LREM ont réclamé "une pause" dans l'évacuation de la ZAD pour stopper la "spirale de violences" Mais le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré devant le Parlement que "les opérations vont se poursuivre dans le même esprit, avec la même fermeté et avec la même mesure", tout en saluant le "très grand professionnalisme" des forces de l'ordre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS