Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La star de la natation hongroise Katinka Hosszu a vertement critiqué la décision de la Fédération internationale (FINA) de limiter le nombre d'engagements par étape de Coupe du monde.

La FINA a décidé de limiter à quatre le nombre d'épreuves ouvertes à chaque nageur. Collectionneuse de médailles mais aussi de courses, connue pour son caractère bien trempé, Katinka Hosszu (28 ans) s'est fendue d'une longue diatribe sur sa page Facebook contre cette limitation. "Imaginez, je suis comme l'un de ces étudiants qui ont des A dans toutes les matières, et ont pris dessin et chorale en option. L'année suivante, on me dit que je ne peux pas faire d'activités extrascolaires parce que mon succès gênerait les autres étudiants", regrette la nageuse aux 21 médailles d'or internationales.

La stakhanoviste des bassins regrette également la nouveauté qui autorise les médaillés olympiques et mondiaux à accéder directement aux finales, affirmant préférer battre ses adversaires sans passe-droit. Plus largement, la Hongroise reproche à la FINA de "ne pas écouter les nageurs" et de prendre des décisions qui ne favorisent pas l'essor de la natation. Elle appelle les athlètes à "résister" et à prendre leur destin en mains, citant même l'exemple du boycott du tournoi de tennis de Wimbledon en 1973 par des dizaines de joueurs en réaction à une décision de leur fédération.

L'année dernière, Katinka Hosszu avait déjà pris la tête d'une fronde des nageurs hongrois contre leur fédération nationale (MUSZ), mise en cause pour les mauvaises conditions d'entraînement offertes aux athlètes. Elle avait obtenu la tête du patron de la MUSZ, Tamas Gyarfas. La capitale hongroise, Budapest, accueille en juillet les Championnats du monde en grand bassin.

ATS