Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Omar al Razzaz était ministre de l'Education dans le gouvernement sortant.

KEYSTONE/AP POOL AFP/KHALIL MAZRAAWI

(sda-ats)

Le roi Abdallah de Jordanie a chargé lundi Omar al Razzaz, un ancien économiste de la Banque mondiale, de former un gouvernement après la démission de Hani Moulki. Ce dernier a été contraint à la démission après plusieurs jours de manifestations contre l'austérité.

M. Razzaz était ministre de l'Education dans le gouvernement sortant.

Des milliers de Jordaniens ont encore manifesté dimanche dans la capitale, Amman, et dans les grandes villes de province pour dénoncer les mesures d'austérité prises à la demande du Fonds monétaire international (FMI).

Hani Moulki avait été nommé en mai 2016 avec pour mission de relancer une économie mise à mal par les turbulences que traverse le Proche-Orient.

Parmi les mesures prises pour réduire l'endettement du pays figurent un très impopulaire relèvement de la TVA et la suppression, non moins impopulaire, des subventions qui garantissaient la stabilité du prix du pain.

Annuler les mesures d'austérité

Selon l'agence de presse Petra, le Parlement va demander au roi de pouvoir tenir une session extraordinaire, une majorité des députés étant favorable à l'annulation des mesures d'austérité, selon le président de l'Assemblée.

Depuis mercredi, les manifestations nocturnes se sont multipliées, notamment à Amman, après le refus du Premier ministre de réviser une loi de finances qui prévoit d'augmenter les impôts sur le revenu et sur les entreprises. Hani Moulki a souligné que la décision d'annuler ces mesures revenait au Parlement.

Mot d'ordre de grève pour mercredi

Des syndicats représentant plusieurs dizaines de milliers de salariés des secteurs public et privé ont lancé un mot d'ordre de grève générale pour mercredi. Les manifestants accusent également la classe politique de corruption et de gaspillage des fonds publics.

Le chef de la police, le général Fadel al Hamoud, a annoncé lundi qu'une soixantaine de personnes avaient été arrêtées lors des manifestations de ces derniers jours. Il a souligné que les forces de sécurité contrôlaient la situation.

Quarante-deux membres des forces de l'ordre ont été blessés au cours d'affrontements, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse, avec à ses côtés le chef de la gendarmerie, le général Hussein Hawatmeh. "Soyez rassurés, la Jordanie est un pays sûr", a dit ce dernier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS