Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président syrien Bachar al-Assad a désigné un nouveau Premier ministre. Riad Hijab a été chargé de former un nouveau gouvernement après les législatives de mai, alors que de violents combats ont opposé durant la nuit l'armée à des combattants rebelles à Damas et dans sa banlieue.

M. Hijab, dont la nomination a été annoncée mercredi par la télévision d'Etat, était jusqu'ici ministre de l'agriculture. Il remplace Adel Safar, qui avait été désigné en avril 2011 chef du gouvernement à la suite du début du soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad à la mi-mars de la même année.

Agé de 46 ans, il est originaire de Deir Ezzor dans l'est de la Syrie. Titulaire d'un doctorat en génie agraire, il est ministre de l'agriculture depuis avril 2011. Auparavant, il avait été responsable du parti Baas au pouvoir à Deir Ezzor, avant d'occuper le poste de gouverneur de Quneitra (sud), puis de Lattaquié.

Pertes militaires

Cette nomination intervient alors que les rebelles infligent des pertes de plus en plus lourdes aux forces gouvernementales, affirme l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Selon cette ONG basée à Londres, l'armée a perdu près de 170 hommes depuis une semaine à travers le pays.

Les combats nocturnes se sont déroulés dans plusieurs quartiers de la capitale, ainsi qu'à Harasta, Douma, Irbine, Zamalka et Jdaidet Artouz, diverses localités situées à l'ouest de Damas.

Dans la province de Lattaquié (nord-ouest), des combattants rebelles ont pris le contrôle des sièges de la Sécurité politique et de la police après de violents combats, dans la localité de Salma, un des villages de la Montagne des Kurdes. Mardi, les violences ont fait 55 morts à travers la Syrie: 26 soldats, 19 civils et 10 rebelles.

Ailleurs, un étudiant a été tué dans des bombardements dans la nuit de mardi à mercredi à Hreitane, dans la région d'Alep, où des localités étaient toujours pilonnées mercredi matin. A Hama, plus au sud, un civil a été tué par des tirs, selon l'OSDH.

ATS