Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton de Berne veut mettre en oeuvre plus de 150 mesures pour économiser 185 millions de francs par année dès 2021. Ce programme d'austérité aura des conséquences parfois lourdes pour les citoyens et le personnel de l'Etat (photo prétexte).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Le gouvernement bernois a dévoilé vendredi son plan d'austérité pour équilibrer les finances. Il propose plus de 150 mesures qui touchent tous les secteurs pour économiser 185 millions de francs dès 2021. Plus d'une centaine d'emplois pourraient être supprimés.

Les mesures envisagées se traduiront par des allégements allant de 88 millions de francs en 2018 à 185 millions en 2021, a annoncé le Conseil-exécutif à majorité de droite. Avec ce programme, le budget 2018 et le plan financier 2019-2021 dégageront des bénéfices.

Le gouvernement se dit conscient des conséquences "parfois lourdes" qu'aura cette cure d'austérité pour les citoyens et le personnel de l'Etat. Cumulées, les mesures prévues au cours des quatre prochaines années dégageront 560 millions de francs d'économies.

Suppressions d'emplois

Les coupes dans l'offre des prestations et l'abandon de tâches publiques entraîneront une réduction des effectifs du personnel cantonal et du corps enseignant. Au total, 117 équivalents plein temps (EPT) seront supprimés d'ici 2021. Mais comme deux mesures d'allégement prévoient de rapatrier des tâches au canton, la diminution effective s'élèvera à environ 80 EPT.

Le programme d'allégement 2018 (PA 2018) fort de plus de 150 mesures touche tous les domaines: réduction du nombre de courriers A, réduction des contributions aux centres de renfort des sapeurs-pompiers, réduction des montants aux manifestations sportives et diminution des fonds pour la protection contre les dangers naturels.

Le PA 2018 prévoit également la diminution de 20% de l'offre des cours Jeunesse et Sport, la réduction des prestations de soutien aux bénéficiaires de l'aide sociale ou la suppression du financement des consultations conjugales et familiales. Le canton encouragera aussi financièrement moins les fusions de communes.

Dans le domaine des soins, le gouvernement propose l'abaissement des tarifs de référence des hospitalisations hors canton, la réduction des contributions aux prestations psychiatriques ambulatoires et aux centres de jours pour personnes âgées. La participation des patients aux coûts des soins à domicile sera revue à la hausse.

Certaines mesures touchent plus directement le Jura bernois comme la réduction de la contribution à la Fondation rurale interjurassienne ou la diminution des subventions octroyées à la Haute école Arc et à la HEP BEJUNE, institutions communes aux cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel.

Détérioration des finances

Le gouvernement entend ainsi réagir à la détérioration des finances cantonales. La planification financière réalisée en automne dernier faisait apparaître une hausse de la dette de plus de 400 millions de francs d'ici 2020 si rien n'était entrepris.

C'est avant tout la forte croissance des charges, notamment dans le domaine de la santé, qui conduit à ce creusement de la dette, note le gouvernement. La baisse des revenus issus de la péréquation financière pénalise aussi les finances cantonales.

Le Grand Conseil examinera ce rapport du Conseil-exécutif ainsi que le budget 2018 lors de la session de novembre.

ATS