Navigation

Nouveau scandale alimentaire chinois: le "canard malade"

Ce contenu a été publié le 19 mars 2012 - 10:39
(Keystone-ATS)

Un nouveau scandale alimentaire fait rage en Chine. Une grande entreprise chinoise de volailles a annoncé lundi avoir licencié quatre employés, soupçonnés d'être impliqués dans une affaire de vente de viande provenant de canards abattus alors qu'ils étaient malades.

L'affaire est la dernière d'une longue série de scandales dans l'industrie agroalimentaire chinoise, après notamment ceux du porc piqué au clenbutérol, un anabolisant, et du lait contaminé à la mélamine, un additif chimique mimant un taux élevé de protéines.

Le roi du canard

Huaying Agricultural, une société qui s'est auto-baptisée "le roi mondial du canard" a vendu des palmipèdes malades à un homme d'affaires, Cui Jinping. Celui-ci les a conditionnés dans une usine opérant clandestinement avant de les mettre sur le marché, selon des informations rapportées par la presse chinoise.

Huaying a annoncé s'être débarrassé d'un directeur de département, du chef de l'une de ses deux fermes et de deux ouvriers, dans un communiqué diffusé à la Bourse de Shenzhen, où l'entreprise est cotée. "Cette affaire a nui à l'image de la société et nous nous excusons sincèrement auprès des investisseurs et des consommateurs", selon le document.

500 entreprises fermées

En août dernier, les autorités avaient annoncé avoir arrêté 2000 personnes et fermé 5000 entreprises en quatre mois de campagne pour améliorer la sécurité alimentaire à travers le pays.

Le scandale le plus retentissant reste celui du lait contaminé à la mélamine qui, en 2008, avait provoqué la mort de six enfants et rendu malade 300'000 autres.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.