Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont adopté lundi un nouveau train de sanctions à l'encontre du régime syrien, a annoncé un communiqué de l'UE. L'une des mesures consisterait en un gel des avoirs d'entreprises et de personnes soupçonnées de financer le régime de Bachar al-Assad.

Selon des diplomates, l'UE a décidé de geler les avoirs de deux entreprises et de trois personnes considérées pour la plupart comme des sources de financement du régime de Bachar al-Assad. Les personnes sanctionnées seront également interdites de visa pour l'UE. Les noms de ces personnes seront publiés ultérieurement dans le Journal officiel de l'UE.

Lors de leur dernière réunion en avril, les ministres avaient décidé d'interdire les exportations de produits de luxe vers la Syrie, une mesure symbolique qui visait le train de vie du couple Assad.

Actuellement, 126 personnes et 41 sociétés sont touchées par les sanctions européennes. Celles-ci visent notamment la banque centrale, le commerce de métaux précieux ou les vols de fret. Un embargo pétrolier et un embargo sur les armes et le matériel pouvant servir à la répression viennent compléter la palette.

Nouveaux heurts meurtriers

Au moins 23 soldats des troupes régulières syriennes ont péri lundi lors de violents combats contre des rebelles à Rastane, une ville de la province de Homs (centre). Le contrôle de cette cité échappe depuis des mois au régime, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'organisation rappelle que de violents bombardements ont tué dimanche un enfant et fait des dizaines de blessés parmi les civils dans cette ville. Avec ces opérations, l'armée tente de lancer un assaut sur la ville rebelle, où sont retranchés de nombreux insurgés, affirme l'OSDH.

Selon les Nations unies, 189 des 300 observateurs militaires non armés qui doivent être déployés se trouvent en Syrie, pour surveiller l'application d'un cessez-le-feu techniquement accepté par le régime et les rebelles mais continuellement ignoré depuis son annonce le 12 avril.

ATS