Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Google et Amazon se disputent .book et .app, quatre candidats lorgnent .pizza: près de 2000 dossiers ont été déposés dans le cadre d'un élargissement "historique" des noms de domaine internet. Ces nouveaux suffixes pourraient côtoyer dès 2013 les classiques .com ou .org.

"C'est un jour historique pour l'internet et les près de deux milliards de personnes qui l'utilisent dans le monde", a déclaré mercredi Rod Beckstrom, patron de l'agence indépendante chargée de réglementer les noms de domaine internet, l'Icann, lors d'une conférence de presse à Londres.

"L'internet va changer pour toujours", a-t-il assuré, en dévoilant les 1930 dossiers de candidature déposés par des entreprises, associations et organisations désireuses d'utiliser une extension de nom de domaine sur internet, plus personnalisée que les 22 suffixes actuellement homologués.

La plupart de ces dossiers ont été déposés par des multinationales, telles qu'Apple, Mitsubishi, IBM. Google a fait plus de 100 demandes, parmi lesquelles .google, .YouTube et .lol, le populaire acronyme pour "laugh out loud" (mort de rire). Des entreprises suisses telles que ABB, Richemont, Swatch ou UBS ont également déposé des demandes.

Dossiers de candidature

Il a toutefois souligné qu'il ne s'agissait encore que "de dossiers de candidature". "Ils ne sont pas immédiatement validés et certains ne le seront sans doute pas. Aucun ne pourra intégrer l'internet avant d'avoir subi une évaluation rigoureuse, objective et indépendante", a-t-il prévenu.

Selon Rod Beckstrom, les premiers nouveaux noms de domaine devraient entrer en application d'ici la fin du premier trimestre 2013. Pour demander le suffixe de leur choix, les candidats ont dû débourser pas moins de 185'000 dollars (178'000 francs) et devront en outre verser 25'000 dollars de frais annuels.

L'Icann, qui a encaissé plus de 352 millions de dollars en frais de dossier, justifie cet élargissement controversé par l'explosion du nombre d'internautes à deux milliards de personnes dans le monde, dont la moitié en Asie.

ATS