Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les représentants de Cuba et des Etats-Unis se sont retrouvés lundi à La Havane pour de nouveaux pourparlers en vue du rétablissement de relations diplomatiques. Leur nouvelle réunion intervient au moment où les deux pays s'opposent au sujet du Venezuela.

Dans la foulée des deux cycles de discussions en janvier et en février à La Havane et Washington, Roberta Jacobson, sous-secrétaire d'Etat américaine pour l'hémisphère occidental, a commencé à discuter à huis clos avec Josefina Vidal, chargée des Etats-Unis au ministère cubain des Affaires étrangères, a rapporté à l'AFP une source diplomatique américaine.

Contrairement aux précédentes séries de discussions, Mmes Jacobson et Vidal n'ont pas prévu de s'exprimer devant la presse à l'issue de cette session de négociations, laissant présager qu'elles ne donneront pas lieu à des annonces majeures.

Réouverture des ambassades?

Passée l'annonce historique le 17 décembre du rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis, qui se sont défiés pendant 53 ans, le président américain Barack Obama souhaite la réouverture d'ambassades dans les deux capitales avant le Sommet des Amériques, prévu à Panama les 10 et 11 avril.

Mais les nouvelles sanctions annoncées la semaine dernière par Washington contre des hauts responsables du Venezuela, de même que les propos de Barack Obama qualifiant la situation dans ce pays de "menace inhabituelle et extraordinaire contre la sécurité" des Etats-Unis, pourraient venir contrarier ces plans.

Car La Havane s'est empressée de défendre son précieux allié politique et économique (qui lui fournit 60% de son pétrole), qualifiant ces sanctions d'"arbitraires et agressives", "d'ingérence" et de décision "sans fondement".

Concert de soutien

Venu samedi à Caracas pour exprimer "la solidarité absolue de la Révolution cubaine", le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez a estimé que les Etats-Unis avaient "gravement dégradé" l'atmosphère dans la région.

Dimanche soir, peu après l'arrivée de Mme Jacobson, les autorités cubaines ont organisé un grand concert "en soutien au peuple et au gouvernement bolivariens" du Venezuela ainsi que pour "la paix, la justice et l'unité latino-américaine".

Si un responsable du département d'Etat a admis que Washington avait été "déçu" par ces prises de position, il a assuré que "cela n'aura pas d'impact sur ces discussions en cours". De nombreux diplomates et experts interrogés par l'AFP abondent dans le sens de Washington, jugeant que cette réaction était attendue et qu'elle n'aurait probablement pas d'effet sur le rapprochement engagé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS