Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lisa Mazzone aimerait que les Suisses de 16 ou 17 ans puissent siéger comme elle sous la Coupole fédérale. L'abaissement du droit de vote de 18 à 16 ans n'est toutefois pas pour demain (archives).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

La majorité politique devrait rester fixée à 18 ans. Par 15 voix contre 8, la commission des institutions politiques du National a refusé jeudi de donner suite à une initiative parlementaire de Lisa Mazzone (Verts/GE) qui veut l'abaisser à 16 ans.

La Genevoise met en avant les expériences glaronaise et autrichienne. En Autriche, les 16-17 ans ont enregistré un taux de participation plus élevé que les 23-25 ans aux élections de 2010, souligne-t-elle.

Il s'agirait aussi de contrebalancer les effets du vieillissement de la population. Selon certaines études, dans 20 ans, la moitié de la population suisse en droit de voter sera âgée de 60 ans et plus.

Et l'écologiste, dont l'idée est reprise dans des initiatives cantonales, par exemple à Neuchâtel et dans le canton de Vaud, de rappeler qu'à 16 ans, on peut déjà avoir des relations sexuelles choisir sa confession, consommer certains alcools et prendre des décisions importantes, notamment en termes d'orientation professionnelle.

Un maire qui ne peut pas signer

Ses arguments n'ont pas été retenus par la majorité de la commission. Cette dernière souligne notamment que, si l’on octroyait les droits politiques aux personnes de moins de 18 ans, la majorité civile et la majorité politique ne coïncideraient plus. Il s’ensuivrait, par exemple, que le membre d’un exécutif communal âgé de 17 ans ne serait pas habilité à signer un contrat au nom de sa commune.

Des doutes ont en outre été émis sur la question de savoir si l’intérêt pour la politique était vraiment très répandu parmi les gens de cette catégorie d’âge. Par ailleurs, plusieurs consultations populaires menées dans différents cantons sur l’abaissement de l’âge du droit de vote ont démontré que cet objectif n’était pas susceptible de réunir une majorité même au niveau cantonal.

ATS