Le Valais connaît son centre. Il se situe au lieu-dit Gillou, sur les hauts du village de St-Luc. Un point marqué en 2009 grâce à André Morard, un géomètre passionné de montagne. Une association cherche à le valoriser.

En 1988, à l'occasion de son 150e anniversaire, l'Office fédéral de topographie (swisstopo), détermine le centre de gravité de la Suisse. Il se situe sur une paroi rocheuse, à proximité de l'alpage d'Älggi, dans le canton d'Obwald.

Lors d'une de ses innombrables randonnées, André Morard constate que le site attire beaucoup de visiteurs. "Je me suis dit, pourquoi ne pas trouver le centre du Valais? Et l'idée a fait son chemin", raconte le Valaisan à Keystone-ATS.

E 612 813/N 117 582

Le géomètre d'Ayent (VS) s'attelle alors à la tâche durant son temps libre. Tenace, il parvient à une estimation et convainc swisstopo, qui avait pu fixer le point central du canton d'Uri, de l'affiner.

Le 28 avril 2009, le résultat tombe: les coordonnées du centre d'équilibre du Valais sont E 612 813/N 117 582 et correspondent au lieu-dit Gillou à St-Luc, à 1870 mètres d'altitude, près d'un sentier qui monte à l'hôtel Weisshorn.

"Le 18 juillet de la même année, sous la pluie, nous y avons posé un totem en bois et un drapeau valaisan. Deux jours plus tard, nous l'avons inauguré et sommes partis avec une vingtaine de randonneurs pour rallier le centre de la Suisse en une semaine", se souvient André Morard, également accompagnateur de montagne.

Rencontre avec Mario Botta

Convaincus du potentiel de ce centre virtuel et désireux de lui donner un nouvel élan, des commerçants de St-Luc créent quelques années plus tard l'Association pour la valorisation et l'exploitation du centre d'équilibre du Valais (AVECEV). Enthousiastes, ils fourmillent d'idées et sollicitent un rendez-vous avec Mario Botta.

L'architecte les accueille chaleureusement à Mendrisio (TI) en avril 2016. "Il nous a dit: "On n'implante pas un élément physique sur quelque chose de virtuel", alors nous sommes rentrés chez nous...", raconte dans un sourire Patrick Salamin, président de l'AVECEV.

Passerelle elliptique

Mais les compères ne baissent pas les bras. Ils étudient plusieurs projets d'architectes et sont séduits par celui d'une passerelle d'observation en bois, de forme elliptique et "sortant de l'ordinaire".

D'un diamètre de 35 mètres environ, cette espèce de balcon suspendu avec peu d'ancrage au sol doit avoir "un impact minimal sur le paysage" et offrir "une vue imprenable à travers les arbres et les pâturages jusqu'aux cimes des 4000 du fond du Val d'Anniviers. Nous recherchions une certaine relation avec les astres qui rappellent la station des étoiles qu'est St-Luc", note Patrick Salamin.

Atout pour la région

La mise à l'enquête de la passerelle sera "l'étape cruciale" du projet. Une recherche de fonds a été lancée pour trouver les quelque 50'000 francs encore nécessaires.

André Morard, aujourd'hui à la retraite "très active", se réjouit du projet de passerelle. "J'ai souvent dit qu'il fallait faire quelque chose de plus pour attirer du monde au centre du Valais, notamment des écoles. C'est un atout pour la région", assure-t-il.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.