Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef d'orchestre letton Mariss Jansons a triomphé dimanche à la baguette du traditionnel concert du Nouvel An de l'Orchestre philharmonique de Vienne. C'est la deuxième fois après 2006 que ce chef dirige le concert de musique classique le plus médiatisé au monde.

Pour la 72e édition du concert du Nouvel An, dans la "salle en or" du prestigieux Musikverein, Mariss Jansons, âgé de 68 ans, et les musiciens du Philharmonique ont été ovationnés pendant de longues minutes par le public debout.

Union européenne

Outre, au final, la plus célèbre des valses, "Le Beau Danube Bleu" et le martèlement de "La marche de Radetzky", le public battant alors la mesure en frappant dans ses mains, les spectateurs ont apprécié les clins d'oeil à l'Union européenne et au Danemark à l'occasion de la présidence semestrielle danoise de l'UE, ainsi qu'aux Jeux Olympiques d'été de Londres.

Ainsi, le programme comprenait le "Galop de la locomotive à vapeur de Copenhague" du compositeur danois Hans Christian Lumbye (1810-1874), surnommé "le Strauss du Nord", et "l'Albion Polka", de Johann Strauss fils, créée en 1851 à Vienne en hommage au mari de la Reine Victoria, le prince Albert de Saxe-Coburg-Gotha.

Valses, polkas et galops

Mariss Jansons fait partie du club très fermé des quinze prestigieux chefs d'orchestre, tous choisis par les musiciens, qui, depuis sa création en 1842, gèrent eux-mêmes le Philharmonique.

Le concert consacré aux valses, polkas et galops de la famille Strauss était retransmis en direct dans 74 pays, de l'Albanie à l'Uruguay en passant par l'Australie, la Chine, l'Inde, le Japon, les Etats-Unis, la Russie et la Suisse. Comme d'habitude, les précieux sésames des billets s'étaient arrachés dans le monde entier un an à l'avance.

ATS