Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nouvel horaire des CFF entre en vigueur dimanche. Il fait la part belle aux liaisons internationales, qui deviennent plus nombreuses. Mais en Suisse, acheter son billet dans le train coûtera nettement plus cher: au moins 90 francs, en plus du prix du ticket.

Jusqu'à présent, seules les personnes qui voyageaient dans un train régional "autocontrôlé" devaient payer un supplément de cette importance. Mais dès le 11 décembre, les personnes sans titre de transport devront s'acquitter d'un supplément de 90 francs, contre 10 actuellement, dans tous les trains. Des exceptions sont toutefois prévues, par exemple en cas d'oubli de son abonnement général ou demi-tarif, ont indiqué les CFF.

Dès dimanche, Paris ne sera plus qu'à 4 heures de Delémont et Zurich, soit 30 minutes de moins qu'actuellement. L'offre entre Bâle et la capitale française sera en outre augmentée à six liaisons quotidiennes dans les deux sens.

Offre avec l'Allemagne

L'offre à destination de l'Allemagne sera également étoffée. Il y aura cinq aller-retours quotidiens d'Interlaken(BE) à Francfort et Berlin et huit de Zurich à Francfort/Cologne et Hambourg. Coire sera nouvellement reliée une fois par jour à Bruxelles.

Quant à l'Autriche, elle sera désormais desservie cinq fois par jour, plus deux trains de nuit. Deux des convois reliant Zurich à Vienne seront en outre prolongés jusqu'à Bruxelles.

RER fribourgeois

La Suisse romande verra surtout la réalisation de la première étape du RER fribourgeois. Fribourg et Bulle seront reliées directement à raison d'un train toutes les demi-heures.

Davantage de rame à deux étages circuleront en outre en Genève-Aéroport et Lucerne. Et un Interregio supplémentaire reliera Neuchâtel à Lausanne à l'heure de pointe matinale.

Parallèlement à l'introduction de nouvel horaire, les CFF affichent de nouveaux pictogrammes dans les wagons. Ces autocollants rappellent des règles qui existent déjà, comme le risque de devoir payer un billet demi-tarif pour un sac posé sur un siège.

ATS