Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des civilistes pourront jouer les pions dans les préaux des écoles suisses (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Des civilistes pourraient jouer les "pions" dans les écoles dès la rentrée. Le Conseil fédéral a mis en vigueur au 1er juillet une révision de la loi sur le service civil, qui prévoit en outre une journée d'introduction.

Pour faire face au nombre croissant de personnes qui font un service civil (18'223 personnes et 1,6 million de jours effectués en 2015), la loi leur permettra désormais de surveiller les récréations et de donner un coup de main lors des devoirs, pendant les repas, à la conciergerie ou en période de camps scolaires.

Ce coup de pouce pourra être offert de l'école enfantine à l'école secondaire post-obligatoire. Les cantons et les communes seront libres d'y recourir ou non. Cette nouvelle affectation ne sera pas utilisée pour combler un manque de personnel. L'enseignant gardera la responsabilité du cours. Les civilistes peuvent déjà prêter main forte dans les écoles intégratives, pour handicapés par exemple.

La révision de loi ne se concentre pas uniquement sur ce point. Elle étend par exemple aux projets de conservation de biens culturels l'aide financière fédérale exceptionnelle en faveur des établissements d'affectation de civilistes. Les 3,6 millions de francs à disposition seront répartis entre davantage d'associations. Sans cet ajout, la loi aurait limité le coup de pouce au domaine de la protection de l'environnement et à celui de la forêt.

Journée d'introduction

Les aspirants civilistes continueront de prouver leur conflit de conscience en acceptant d'accomplir un service une fois et demie plus long que l'armée. Ils ne pourront plus déposer de demande d'admission avant le recrutement et devront désormais prendre part à une journée d'introduction. Le but est qu'ils s'interrogent sérieusement en amont sur les conséquences de leur décision.

Et ils devront toujours confirmer leur demande d'accomplissement du service civil. Une polémique est née après l'introduction, en avril 2009, de la preuve par l'acte. L'abandon des examens de conscience a provoqué une explosion des demandes.

Paysans et engagement à l'étranger

D'autres corrections sont prévues. L'indemnité pour l'usage d'un logement privé disparaîtra. Les affectations des civilistes seront adaptées à la nouvelle politique agricole et au système des paiements directs. Le fait de toucher des contributions au maintien d'un paysage ouvert ne sera plus un critère pour pouvoir faire appel à des civilistes.

Les engagements à l'étranger devront quant à eux servir la promotion civile de la paix, la coopération au développement ou l'aide en cas de catastrophe. Au cours du processus de reconnaissance des établissements, l'organe d'exécution vérifiera que leurs objectifs et leurs tâches sont compatibles avec les activités et principes de la Suisse.

Autre innovation, la formation des adeptes du service civil sera développée. Des cours obligatoires seront introduits pour tous les civilistes, alors qu'ils ne sont aujourd'hui obligatoires que pour ceux qui s'acquittent de tâches sanitaires. Leur durée sera prolongée jusqu'à trois semaines, de façon à augmenter l'utilité des affectations qui s'ensuivent.

Des modifications ont par ailleurs été apportées dans les indemnités et contributions versées afin de garantir l'égalité de traitement entre civilistes et entre établissements d'affectation et pour éviter de biaiser le marché du travail.

ATS