Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse dispose d'un nouvel outil dans la lutte contre la corruption. Une plate-forme en ligne (www.luttecontrelacorruption.ch) permettra aux personnes disposant d'informations sur de tels actes de les transmettre de manière anonyme à la police.

Les autorités de poursuite pénale espèrent ainsi obtenir de nouvelles pistes dans la lutte contre la corruption aux niveaux national et international. Le nouvel instrument a été mis en service mardi par l'Office fédéral de la police (fedpol) sur mandat du Ministère public de la Confédération (MPC).

Dans la lutte contre la corruption, il est tout aussi essentiel de renforcer la poursuite pénale des actes délictueux que de veiller à la protection des témoins et des personnes qui les dénoncent, indique fedpol dans un communiqué. La nouvelle plate-forme vise à soutenir efficacement la lutte contre la corruption internationale, ce qui constitue l'un des objectifs principaux du MPC.

Etant donné que l'anonymat est garanti, les personnes effectuant un signalement sont protégées de tout risque de représailles, par exemple de la part de leur employeur. Cette sécurité devrait aider les personnes concernées à surmonter leurs craintes et à dénoncer plus facilement les actes de corruption.

Dénonciation pas identifié

Quiconque dispose d'informations sur de possibles actes de corruption peut émettre un signalement de manière anonyme sur cette nouvelle plate-forme, qui se trouve sur un serveur externe à l'administration fédérale.

Si le dénonciateur n'en a pas donné son accord, les autorités de poursuite pénale ne peuvent pas l'identifier. Elles peuvent toutefois entrer en contact avec lui pour recueillir d'éventuelles précisions ou l'informer des étapes suivantes.

Les signalements postés sur la plate-forme sont examinés quant à leur pertinence pénale et transmis au commissariat compétent de fedpol. S'ils relèvent de la compétence cantonale, ils sont transférés à la police cantonale concernée.

Cette nouvelle plate-forme est conçue comme un instrument complémentaire au point de contact du Contrôle fédéral des finances (CDF), qui reçoit les annonces nationales concernant l'administration fédérale. Ce type d'instrument existe déjà en Allemagne et en Autriche, où les autorités compétentes ont recueilli des expériences positives.

www.luttecontrelacorruption.ch

ATS