Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les célèbres chiens saint-bernard entrent dans les boxes lors de l'inauguration du nouveau chenil a l'hospice du Grand-Saint-Bernard ce vendredi 14 juillet 2017.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les célèbres chiens saint-bernard ont rejoint vendredi leur résidence estivale, à l'hospice du Grand-St-Bernard, à 2473 mètres d'altitude. Leur chenil a été complètement modernisé.

Fini l'alignement de box. Le nouveau chenil est un ensemble de trois parcs composés d'une partie extérieure et intérieure, et pouvant contenir au total une quinzaine de chiens. Situé derrière l'auberge de l'hospice du Grand-St-Bernard, il a été inauguré et béni vendredi par le prieur Jean-Michel Lonfat.

"L'ancien chenil était vétuste et ne correspondait plus aux normes en matière de protection des animaux", a précisé à l'ats Claudio Rossetti, directeur de la fondation Barry, propriétaire du chenil. Le nouvel habitat doit apporter plus de confort aux chiens et aux quelque 20'000 visiteurs qui viennent les admirer chaque été.

Les plus jeunes et les plus vieux

"Entre treize et quinze chiens inalpent à l'hospice, habituellement de juin à octobre. Les bêtes qui n'ont pas encore deux ans et celles qui ont plus de huit ans restent en général au chenil Barryland, à Martigny", complète Claudio Rossetti.

Le nouveau chenil, dont la forme de la construction rappelle volontairement celle de l'hospice, a coûté 500'000 francs environ. La congrégation des chanoines du Grand-St-Bernard doit financer 90% du montant via des dons et la fondation Barry assume les 10% restants, indique son directeur.

Rénovation du musée

La restauration du chenil est aussi l'occasion de se plonger dans l'histoire des saint-bernard à travers une exposition temporaire vernie également vendredi au musée de l'hospice. Photos, archives et estampes racontent notamment leurs liens avec les chanoines, les sauvetages auxquels ils ont participé et leur dimension légendaire.

"Un document d'archives atteste de la présence des chiens à l'hospice dès le début du XVIIIe siècle", indique Pierre Rouyer, coresponsable du musée et commissaire de l'exposition. La nouvelle vocation des saint-bernard en tant que chiens d'activités sociales auprès de personnes âgées, handicapées ou d'enfants et de jeunes en difficultés est également évoquée.

La collection permanente du musée de l'hospice a aussi bénéficié d'un rafraîchissement avec l'installation d'une borne interactive. Désormais, la trentaine de courts métrages qui racontent deux mille ans d'histoire du col et le film documentaire présentant l'hospice sont sous-titrés en français, allemand, italien et anglais et accessibles en français aux personnes sourdes et malentendantes.

ATS