Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A la Bourse suisse, les investisseurs se sont défoulés mardi sur UBS (-7,5%), qui a totalement manqué au premier trimestre des prévisions déjà peu flatteuses (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a nettement reperdu du terrain mardi. UBS et son premier partiel médiocre ont formé une spirale négative qui a notamment tiré vers le fond les autres valeurs bancaires du SMI/SLI.

Le Swiss Market Index (SMI) a fini en recul de 1,59% à 7850,68 points, avec un plus bas à 7817,44 points à 13h06 et un plus haut à 7940,70 points peu après l'ouverture. Le Swiss Leader Index (SLI) a perdu 1,94% à 1207,33 points et le Swiss Performance Index (SPI) 1,41% à 8470,24 points.

Incertitudes conjoncturelles

La prudence des autorités de l'Union européenne (UE) et la petite forme de l'industrie chinoise pèsent également sur l'ambiance, alors que Wall Street évoluait dans le rouge en matinée, ce qui n'était pas de nature à faire remonter les cours.

Les incertitudes conjoncturelles ont entraîné une nouvelle valorisation du franc face à l'euro et le dollar, la devise helvétique reprenant son statut de valeur refuge. La paire euro-franc évoluait sous les 1,10 franc, barre qu'elle défendait encore en matinée. Le dollar se négociait à plus de 0,95 franc, après avoir passé une bonne partie de la journée sous ce seuil.

En Chine, l'activité manufacturière s'est repliée en avril. Le secteur industriel chinois est à nouveau en recul, pour le quatorzième mois consécutif, relançant les habituelles craintes d'atterrissage économique brutal pour le pays, affirme le courtier en ligne xtb. Du côté de l'UE, la Commission européenne a abaissé ses prévisions de croissance et d'inflation pour les années 2016 et 2017.

La Chine impacte le luxe

Les investisseurs se sont défoulés sur UBS (-7,5%), qui a totalement manqué au premier trimestre des prévisions déjà peu flatteuses. Les analystes s'attendaient à un premier partiel plombé par les turbulences sur les marchés financiers et le contexte de taux bas. L'annonce peu détaillée d'une réorganisation de l'unité gestion de fortune n'a pas contribué à rassurer les intervenants du marché.

Déjà passablement malmené dernièrement, Credit Suisse (-4,8%) a fait les frais de la piètre performance de sa rivale. La dernière bancaire Julius Baer (-3,4%) a à peine un peu mieux amorti le choc.

Les cycliques LafargeHolcim (-6,2%) ainsi que Richemont (-3,3%) et Swatch (-2,5%) ont aussi fini dans le bas du tableau. Les deux valeurs du luxe ont subi le contrecoup de la faible conjoncture chinoise.

Dufry surnage

Bâloise (-3,7% ou -4,40 francs) était traité hors dividende de 5,00 francs.

Les poids lourds Nestlé (-0,9%), Roche (-0,9%) et Novartis (-0,8%) ont fait mieux que l'indice et, donc, contribué à modérer ses pertes.

Quelques rares titres ont réussi à surnager: Dufry (+0,7%) a fait la meilleure performance du jour après un premier trimestre "solide", selon Baader Helvea.

Le chiffre d'affaires et le résultat brut d'exploitation (EBITDA) ont dépassé les attentes du marché, pour un bénéfice un peu plus faible. Dufry a clairement profité du rachat de World Duty Free durant la période sous revue.

Meyer Burger chute encore

Swisscom (+0,5%) a bien résisté après ses résultats. Les ventes sont restées à peu près stables et le bénéfice a légèrement augmenté, dépassant un peu les prévisions des analystes. Le géant bleu a confirmé ses objectifs pour 2016. Enfin, Swiss Re a gagné 0,9% après un relèvement de recommandation de JPMorgan.

Sur le marché élargi, Straumann a progressé de 3,9%. Le fabricant d'implants dentaires a publié un résultat solide au premier trimestre et relevé ses objectifs pour l'exercice en cours. La Banque cantonale de Zurich a parlé d'un "excellent départ" cette année.

Parmi les perdants, Meyer Burger a chuté de 7,4% sans information spécifique et après avoir déjà perdu 5% la veille. Leonteq a perdu 2,5%, poursuivant sur sa lancée négative.

ATS