Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Roy Moore est un ancien juge ultraconservateur de l'Alabama (archives).

KEYSTONE/FR170776 AP/HAL YEAGER

(sda-ats)

Une nouvelle femme a accusé lundi d'agression sexuelle le candidat républicain au Sénat des Etats-Unis, Roy Moore. Les appels se multiplient jusque dans son propre camp pour qu'il retire sa candidature.

L'ancien magistrat ultraconservateur est candidat à la sénatoriale du 12 décembre prochain dans l'Alabama, sa région d'origine dans le sud des Etats-Unis. Jeudi, le Washington Post avait publié le témoignage d'une femme affirmant avoir été victime d'attouchements au domicile de Roy Moore en 1979, alors qu'elle n'avait que 14 ans.

Le quotidien de la capitale fédérale avait également ouvert ses colonnes à trois autres femmes, qui témoignaient avoir chacune eu des rendez-vous avec celui qui était alors procureur adjoint - alors qu'elles étaient âgées de 18 ans ou moins - mais pas de contacts sexuels.

Lundi, une autre femme, âgée de 55 ans, a affirmé lors d'une conférence de presse à New York que Roy Moore l'avait agressée sexuellement un soir de janvier 1978, alors qu'elle avait 16 ans. Elle a indiqué qu'il avait tenté de la violer dans sa voiture.

"Je suis procureur"

Selon cette femme, qui était alors serveuse dans un restaurant, Roy Moore l'aurait subitement agrippée par la nuque pour la forcer à lui faire une fellation. Elle dit s'être furieusement débattue avant que le magistrat, qui avait alors 30 ans, ne renonce.

"Tu es une enfant", lui aurait-il dit avant de la laisser partir. "Je suis procureur du comté d'Etiwah. Si tu racontes cela à qui que ce soit, personne ne te croira." En vertu des lois de l'Alabama, les faits allégués sont prescrits au civil comme au pénal.

La femme a demandé, par la voix de son avocate, que la commission judiciaire du Sénat convoque une audition dans les deux semaines pour lui permettre de témoigner, ainsi que les quatre autres femmes qui ont accusé Roy Moore.

Avant même cette nouvelle accusation lundi, le chef de file républicain au Sénat Mitch McConnell avait déclaré que Roy Moore devait "se retirer" sans condition de la course au Sénat. Vendredi, il demandait encore de façon moins tranchée à ce qu'il se retire "si ces allégations (étaient) vraies".

Le conditionnel n'est plus d'actualité pour le chef de la majorité: "Je crois les femmes", a déclaré lundi le puissant chef républicain. D'autres voix à Washington, également républicaines, se sont élevées pour demander à l'ancien magistrat de renoncer à briguer un siège au Sénat.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS