La Confédération devrait continuer de s'engager financièrement pour aider à créer des installations sportives. Les besoins sont chiffrés entre 750 millions et 1,5 milliard. Le Conseil fédéral fera ses propositions au Parlement à la fin de l'année prochaine.

Le gouvernement a pris acte mercredi d'un rapport réclamé par le conseiller aux Etats Claude Hêche (PS/JU). Il a chargé la ministre des sports Viola Amherd d'élaborer un message qui permettra aussi de renforcer la capacité concurrentielle de la Suisse dans le sport, notamment à l’occasion des grandes manifestations internationales.

Crédits CISIN

Depuis 1998, la Confédération s'engage via des crédits dits "CISIN" à fournir une aide aux investissements pour la construction de certaines installations sportives d'importance nationale. Cent cinq projets ont pu être développés pour un coût total de 143,5 millions de francs, sur 170 millions budgétés.

Ces installations servent à la relève dans le sport de compétition, à l'entraînement des sportifs d'élite, aux compétitions proprement dites, voire aux grandes manifestations internationales. Le volume d'investissement total a atteint 1,7 milliard de francs, la part moyenne de la contribution de la Confédération s'élevant à quelque 9% par projet.

Au cours de l'été 2017, l'Office fédéral du sport a sondé les fédérations sportives suisses. Quarante ont évoqué leurs besoins en infrastructures pour les cinq à dix prochaines années. Selon les estimations, le volume d'investissement nécessaire oscille entre 750 millions et 1,5 milliard de francs.

Demandes variées

Les demandes sont très variées et concernent une multitude de sports. Il est ainsi question, entre autres d'une salle d'entraînement de handball en Suisse romande, d'un centre national d'entraînement pour la relève en volleyball, d'une salle pour la gymnastique rythmique dans la région de Bienne ou d'un centre national d'entraînement au badminton dans la région Berne - Fribourg - Bienne.

Des autres centres d'entraînement sont aussi prévus pour le judo, pour la lutte (dont à Martigny). Celui destiné au tennis à Bienne devrait être optimisé. Des travaux sont demandés au Stade de Genève et l'équipe nationale de football devrait disposer en Suisse d'un terrain d'entraînement à sa disposition exclusive.

Rayon athlétisme, il s'agira de remplacer le stade de la Pontaise à Lausanne. Un "Home of Rugby" ainsi que des centres d'entraînement pour le ballon ovale figurent aussi parmi les besoins évoqués. Dans le monde du cyclisme, un vélodrome couvert à Genève et un centre national d'entraînement au trial vers Aigle figurent dans la liste.

Celle-ci évoque aussi une installation pour la voile sur le Léman, des bases d'entraînement pour le plongeon et pour le water-polo, dont certaines en Suisse romande. Plusieurs demandes d'investissements concernant le ski proviennent de sites valaisans, dont Crans-Montana. Sans oublier des installations de tir sportif dans plusieurs communes romandes.

Actualisation périodique

D'ici fin 2020 il s'agira de voir si les projets annoncés comme impératifs remplissent les conditions fixées par la loi et s'ils peuvent effectivement être réalisés dans un avenir relativement proche

La conception des installations d'importance nationale devra aussi être actualisée périodiquement. Au besoin, généralement tous les quatre ans, d'autres messages portant sur les crédits seront préparés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.