Toute l'actu en bref

Une des mesures du bpa est de bannir les places de parc au bord des routes à proximité des écoles. A cause de leur taille et des voitures stationnées, les enfants voient moins bien le trafic et sont moins visibles des automobilistes (photo symbolique).

KEYSTONE/AP/GORDON SCHMIDT

(sda-ats)

Le Bureau de prévention des accidents propose de nouvelles mesures pour protéger les enfants des accidents de la circulation. Beaucoup d'efforts ont permis une nette réduction du nombre de victimes ces 40 dernières années, mais les chiffres demeurent trop élevés.

Chaque année en Suisse, neuf enfants de moins de 15 ans perdent la vie sur les routes et plus de 220 sont grièvement blessés, d'après une moyenne des cinq dernières années qui ne tient pas compte de l'accident de car à Sierre (VS) qui avait à lui seul coûté la vie à 22 enfants. La baisse est sensible par rapport à 1980, quand 78 enfants de moins de 15 ans étaient morts sur les routes et 1670 y avaient été blessés gravement.

Dans son nouveau dossier de sécurité routière rendu public jeudi, le Bureau de prévention des accidents (bpa) démontre que c'est moins quand ils sont passagers d'une voiture accidentée que quand ils sont eux-mêmes au guidon de leur vélo ou à pied qu'ils sont les plus vulnérables. Ainsi plus de la moitié des victimes étaient des piétons (5 morts et 120 blessés), tandis que le vélo a fait un mort et 61 blessés.

Chemin de l'école

L'étude indique également que plus de 40% des accidents ont lieu sur le chemin de l'école. Dans ces conditions et en plus de l'éducation routière qu'il faut poursuivre, le bpa propose comme première mesure de bannir les places de parc au bord des routes situées à proximité des écoles.

A cause de leur taille et des voitures stationnées, les enfants voient moins bien le trafic et peuvent être plus difficilement remarqués par les autres usagers de la route. Ces deux derniers aspects augmentent le risque d'accident, relève le bpa.

Les enfants ne se comportent pas toujours de manière sûre dans le trafic, ceci en raison de leur développement ainsi que de leur manque d'expérience, constate le bpa. Il est donc nécessaire, selon lui, de mettre en place des mesures structurelles dans le domaine de la technique des véhicules et des infrastructures.

Vitesse et passages piétons

Parmi les autres propositions destinées au législateur, aux cantons et aux communes, le bpa évoque l'introduction de prescriptions légales obligeant les nouvelles voitures et les nouveaux camions à être équipés d'un système anticollision. Il faut aussi généraliser la limitation de la vitesse à 30 km/h sur les routes dites d'intérêt local et à 50 km/h sur les routes à orientation trafic.

Celles-ci doivent comprendre des passages piétons sûrs pour les enfants et dotés d'îlots centraux ainsi que de feux de signalisation. Ces passages doivent en outre continuer d'être examinés périodiquement par les cantons en tenant compte des besoins des plus petits.

ATS

 Toute l'actu en bref