Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Union européenne a adopté lundi de nouvelles sanctions contre la Syrie de Bachar al-Assad. Elle a gelé les fonds de 28 nouveaux partisans du président syrien, également interdits de visa, et de deux sociétés.

Cette décision, prise par les ministres européens des Affaires étrangères réunis à Luxembourg, porte à 181 le nombre de personnes proches du régime et à 54 le nombre de sociétés ou administrations placées sur les listes noires de l'UE, a-t-on appris de source diplomatique. L'identité des personnes et sociétés sanctionnées lundi ne sera pas révélée avant leur publication mardi au Journal Officiel de l'UE.

Les deux nouvelles sociétés désignées sont soupçonnées d'avoir acheté des armes ou du matériel pouvant servir à la répression, a précisé une source diplomatique.

Pas de transports d'armes

Par ailleurs, l'UE va interdire à ses ressortissants d'acheter des armes à la Syrie, de les transporter vers les pays tiers ou encore de fournir des services d'assurances à de tels transports. Le but de la mesure est de priver le régime d'éventuelles sources de financement.

A ce jour, l'UE a décrété des embargos sur les armes et le pétrole, ainsi qu'une série de sanctions commerciales et financières, le gel des avoirs de sociétés et administrations et de membres du régime ou leurs proches, également interdits de visa. La Suisse s'est ralliée à ces sanctions.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS