Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Union européenne a adopté lundi de nouvelles sanctions contre la Syrie, qui visent davantage d'entités et étendent l'embargo sur les ventes d'armes. Par ailleurs, les habitants de la ville de Homs ont affirmé être victimes d'un "génocide".

Les dernières mesures ajoutent six sociétés et administrations, ainsi qu'une personne, aux listes des gels d'avoirs et interdictions de visa. Les assurances de livraisons d'armes seront elles aussi concernées par l'embargo sur les ventes d'armes à la Syrie.

L'Australie a également annoncé lundi de nouvelles sanctions contre la Syrie. Elle interdit notamment les transactions commerciales entre les deux pays dans les secteurs du pétrole, des produits pétroliers, des services financiers, des télécommunications et des métaux précieux.

"Purification ethnique"

Les habitants de Homs ont décidé d'alerter l'opinion publique sur leur sort en lançant un appel aux organisations internationales.

"Un crime des plus odieux se déroule sous vos yeux et vous n'aidez toujours pas les victimes. Ce qui se passe en Syrie n'est pas un conflit politique mais un génocide, une purification ethnique", affirment-ils dans un communiqué relayé par le Conseil national syrien (CNS), principale coalition des opposants.

Le président du CICR Jakob Kellenberger a précisé que son organisation a refait des démarches lundi auprès des autorités syriennes et de l'opposition, mais qu'elle doit obtenir "un accord sans ambiguité de toutes les parties concernées" avant de pouvoir entrer.

Défection d'un général syrien

Un général syrien est par ailleurs passé en Turquie dans la nuit de dimanche à lundi, selon l'agence de presse turque Anatolie. D'autres hauts gradés de l'armée régulière auraient aussi rejoint l'opposition, selon la chaîne privée de télévision CNN en Turquie.

Le porte-parole du ministère turc des affaires étrangères, Selçuk Ünal, avait établi vendredi à douze le nombre de généraux syriens réfugiés dans ce pays qui héberge la direction de l'Armée syrienne libre, fondée par des déserteurs de l'armée syrienne.

ATS