Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des manifestants bloquant une rue à Caracas

KEYSTONE/EPA EFE/MIGUEL GUTIERREZ

(sda-ats)

Des affrontements entre forces de sécurité vénézuéliennes et partisans de l'opposition protestant contre le projet d'Assemblée constituante du président Nicolas Maduro ont fait un mort parmi les manifestants. Des dizaines de personnes ont été blessées.

Le ministère public a annoncé sur Twitter enquêter sur "la mort d'un jeune de 16 ans lors d'une manifestation" dans la ville de La Isabelica (nord).

Le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, a "condamné la mort d'un autre jeune manifestant au Venezuela". Dans un message sur twitter il ajoute que "seule la démocratie mettra fin à la violence contre le peuple".

Un candidat à la Constituante, José Luis Rivas, 42 ans, a quant à lui été tué par balle par des inconnus en faisant campagne dans la ville de Maracay (centre). Le parquet, qui a ouvert une enquête, n'a pas donné de détails.

Par ailleurs, neuf militaires ont été blessés à travers le pays, a fait savoir Sergio Rivero, commandant de la Garde nationale.

Barricades

Avec des barricades faites de cordes, de véhicules, d'arbres et de détritus, des groupes d'antichavistes (du nom d'Hugo Chavez, président de 1999 à sa mort en 2013) ont participé à un "grand blocage" pour accroître la pression sur le gouvernement.

"Ce peuple est décidé à poursuivre la lutte pour la liberté. Dimanche aura lieu l'acte de désobéissance civile le plus important de l'histoire du Venezuela", s'est exclamé Freddy Guevara, vice-président du Parlement contrôlé par l'opposition, au cours d'une opération de blocage à Caracas.

L'opposition a prévu une consultation populaire symbolique sur l'Assemblée constituante le 16 juillet.

Libération de Lopez

Fermement opposés au projet de Constituante, les adversaires du chef de l'Etat socialiste se sentent encouragés depuis la libération de prison d'un de leurs emblématiques porte-drapeau, Leopoldo Lopez, 46 ans, désormais assigné à résidence.

L'opposition voit dans cette remise en liberté un "succès" obtenu grâce aux manifestations. Elle assure qu'elle continuera à "lutter" pour la libération des plus de 400 "prisonniers politiques" qu'il y a encore selon elle au Venezuela.

Plus de 90 morts au total

Depuis le début de la vague de protestation, il y a plus de trois mois, 93 personnes sont décédées.

En face, le camp présidentiel assure que rien n'arrêtera la Constituante, dont les 545 membres doivent être désignés le 30 juillet.

Selon l'agence de conseil Datanalisis, près de 70% des Vénézuéliens sont opposés à la Constituante et 80% dénoncent la gestion du chef de l'Etat. L'opposition qualifie ce projet de "fraude", dans un pays en plein naufrage économique, ruiné par la chute des cours du pétrole.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS