Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A deux semaines des trois coups de Roland-Garros, Novak Djokovic a tenu à remettre les pendules à l'heure. Le Serbe a enlevé le Masters 1000 de Madrid.

En finale, Novak Djokovic s'est imposé 6-2 3-6 6-3 devant Andy Murray pour signer une quinzième victoire de rang contre un joueur du top ten. Cette seule statistique traduit bien la domination écrasante d'un homme qui n'a commis qu'une seule "bourde" en 2016, sa défaite au premier tour de l'Open de Monte-Carlo devant le Tchèque Jiri Vesely.

Ce titre à Madrid est le vingt-neuvième qu'il remporte dans le cadre d'un Masters 1000. Sa constance dans ces tournois qui vous commandent de jouer très bien au tennis dès le premier match est extraordinaire. Djokovic a tout simplement gagné cinq des six derniers tournois Masters 1000, dix des quatorze derniers.

"Bourreau" de Rafael Nadal samedi, Andy Murray n'arrive toujours pas à trouver la clé du jeu de Novak Djokovic. A Madrid, l'Ecossais a subi une quatrième défaite de rang face à son camarade de promotion, la quatorzième lors de leurs seize derniers duels. On le sait, les affrontements entre les deux hommes n'offrent que très rarement un grand spectacle. Ils jouent pratiquement dans le même registre, ils cherchent avant tout à ne pas se découvrir pour s'exposer aux contres adverses. A ce jeu-là. Novak Djokovic possède un petit plus qui désarme finalement Andy Murray. Lors de cette finale, le Serbe n'a pas paniqué après la perte du second set et après ce break concédé à 2-1 dans la dernière manche alors qu'il pensait avoir repris l'ascendant. Il a su attendre son heure pour porter l'estocade à 3-2 et s'envoler vers le 64e titre de sa carrière. Après s'être toutefois payé une belle frayeur, ces... sept balles de break dont trois consécutives dans la raquette de Murray lors de l'ultime - le plus beau - jeu de cette finale bouclée en 2h07'.

Même si les conditions de jeu de Madrid diffèrent considérablement de celles de Paris, cette victoire n'est pas anodine. Elle replace Novak Djokovic en tête de liste avant le rendez-vous suprême de Paris où il tentera d'enlever la seule couronne du Grand Chelem qu'il n'a pas coiffée à ce jour.

ATS