Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le personnel de Novartis à Nyon-Prangins a demandé à rencontrer la semaine prochaine son patron Joe Jimenez. Des représentants du gouvernement vaudois ont pour leur part eu des discussions jeudi et vendredi avec lui et le président du groupe Daniel Vasella.

Le gouvernement vaudois a informé dans un communiqué que ses représentants - le président du Conseil d'Etat Pascal Broulis et les conseillers d'Etat Philippe Leuba et Pierre-Yves Maillard - avaient eu des discussions à Lausanne avec les responsables de Novartis. Des représentants du gouvernement bâlois ainsi que le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann ont également participé à ces débats.

Unia veut des "réponses claires"

Le syndicat Unia veut pour sa part obtenir des réponses claires sur les motivations économiques conduisant à la fermeture du site nyonnais. L'assemblée générale du personnel a décidé vendredi matin à l'unanimité de demander une entrevue au CEO de Novartis. Le syndicat lui accorde jusqu'à mardi 10h00 pour donner sa réponse sur une rencontre avec une délégation restreinte du personnel et Unia.

Une réponse positive montrerait l'importance qu'il accorde au partenariat social et au processus de consultation des employés, a souligné Unia. Mardi, un responsable de division américain était venu présenter les raisons de la restructuration. Une nouvelle manifestation contre la fermeture du site est agendée pour samedi.

Novartis avait annoncé le 25 octobre la suppression de quelques 2000 emplois d'ici trois à cinq ans, dont 1100 en Suisse où le groupe emploie actuellement 12'500 personnes. Si Bâle est la région la plus touchée avec 760 postes supprimés, la fermeture du site de Nyon-Prangins se traduira par 320 emplois perdus, auxquels s'ajoutent 300 autres postes délocalisés.

ATS