Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le personnel de Novartis à Prangins (VD) recevra des informations chiffrées sur les raisons qui ont conduit le groupe pharmaceutique bâlois à décider de fermer leur site. Un expert viendra la semaine prochaine des Etats-Unis pour s'expliquer sur le rapport d'audit.

Les employés ont "appris avec satisfaction" que la direction avait accédé à "une de leurs demandes fondamentales", a expliqué jeudi le syndicat Unia. Mais le personnel, qui doute "fortement" de la pertinence du rapport d'audit, attend de voir quelle sera la qualité des informations qui seront dévoilées.

Rencontre avec deux conseillers d'Etat

Mercredi soir, les conseillers d'Etat Philippe Leuba et Pierre-Yves Maillard ont rencontré les présidents des deux commissions d'entreprise et les syndicalistes d'Unia. Ils leur ont apporté leur soutien et ont confirmé que l'objectif commun restait le maintien du site, qui emploie quelque 650 personnes.

Les deux conseillers d'Etat, qui vont prochainement rencontrer la direction de Novartis à Bâle, ont attentivement écouté les arguments des travailleurs et du syndicat, a précisé Unia. Mardi, le Grand Conseil quasi unanime - moins une abstention - avait apporté son soutien à la lutte des employés.

Deux manifestations annoncées

La mobilisation du personnel se poursuit avec l'annonce de deux nouvelles manifestations. Vendredi après-midi, les employés défileront de l'usine jusqu'en ville de Nyon (VD), où ils rencontreront des syndics et municipaux de toute la région. Le samedi 12 novembre, une grande manifestation de solidarité se tiendra à Nyon.

Un point de rencontre avec la population devrait voir le jour la semaine prochaine à Nyon. Une roulotte pourrait prendre place derrière la gare.

ATS