Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La fronde aura payé: Novartis renonce à fermer son site de Prangins (VD), près de Nyon, et revient sur les 320 licenciements annoncés. A Bâle, le groupe pharmaceutique rhénan a revu sa restructuration à la baisse.

Novartis va effectuer des investissements à Nyon ces prochaines années afin de moderniser l'usine, a déclaré le patron de Novartis Suisse, Pascal Brenneisen, mardi à Berne, refusant toutefois de donner un montant. L'objectif est d'obtenir l'homologation du site de production par les autorités sanitaires américaines (FDA) afin de créer un nouveau marché pour ces produits.

Réduction fiscale

Les employés et la direction renoncent partiellement aux augmentations de salaire, a ajouté Pascal Brenneisen. Le canton de Vaud a pour sa part consenti à une réduction fiscale temporaire, a précisé le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba, L'élu s'est dit dans l'impossibilité de chiffrer cet accord en voie de réalisation.

Pour sa part, Unia salue "un succès historique", grâce à la grève du 16 novembre, à des manifestations à Bâle et à Nyon et à des propositions constructives, écrit le syndicat, pour qui estime le soutien de la population et des autorités déterminant.

Moins de licenciements à Bâle

A Bâle, Novartis reconsidère à la baisse les 760 licenciements prévus. Le groupe pharmaceutique espère trouver un autre poste au sein de la société à un tiers des collaborateurs touchés et compte mettre un autre tiers à la retraite anticipée.

Le syndicat Employés Suisse et les représentants du personnel de Novartis ont estimé que la totalité des emplois bâlois aurait pu être sauvée si Novartis l'avait voulu. Ils exigent que le groupe pharmaceutique ouvre le dialogue.

Augmentation du bénéfice

Novartis, qui emploie au total quelque 121'000 collaborateurs dans le monde dont près de 12'500 en Suisse, a annoncé le 25 octobre vouloir supprimer 2000 emplois dans le monde, dont une bonne moitié en Suisse, dans le cadre d'un programme de réduction des coûts.

Le même jour, le groupe avait annoncé que son bénéfice net avait augmenté de 7% au cours du 3e trimestre 2011 à 2,49 milliards de dollars (2,2 milliards de francs).

ATS