Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les tests de résistance ("stress tests") de l'UE pratiqués sur les centrales nucléaires suisses ont révélé de nouveaux points à examiner. Parmi eux, les exploitants de la centrale de Mühleberg doivent apporter la preuve de la résistance du barrage du Wohlensee aux séismes.

Les Forces motrices bernoises n'ont pas actualisé leurs vérifications de la sécurité du barrage, a constaté l'Inspection fédéral de la sécurité nucléaire (IFSN). Les FMB avaient jusqu'à fin novembre pour fournir la preuve de la résistance du barrage à un séisme dont la puissance élevée n'apparaît que tous les 10'000 ans.

L'IFSN exige donc que les exploitants de Mühleberg revoient leur copie jusqu'au 31 janvier en mettant à jour leurs vérifications, a indiqué mardi Georg Schwarz aux médias réunis à Brugg (AG). Le site du Wohlensee doit être contrôlé selon les critères liés aux barrages et aux centrales, a ajouté le chef de la surveillance des centrales à l'IFSN.

Isolation des manteaux

Au total, huit points doivent être éclaircis dans les centrales nucléaires suisses. Les rapports des stress tests rendus par les exploitants satisfont certes les exigences sur ces points, mais la marge de sécurité constatée n'est pas élevée, a expliqué l'IFSN.

Ainsi, les sites suisses - Leibstadt (AG), Beznau I et II (AG), Gösgen (SO) et Mühleberg (BE) - doivent réévaluer jusqu'à fin septembre prochain la résistance sismique de l'isolation du manteau des réacteurs. Il en va de même du réglage de la pression sous le manteau.

Evaluation européenne

Remis le 31 décembre à l'UE, le rapport suisse sur les stress tests va désormais faire l'objet d'une évaluation des spécialistes européens. La Commission européenne doit présenter fin juin les résultats finaux des tests menés dans les pays du continent.

L'IFSN ordonne en outre aux centrales de Mühleberg et de Gösgen d'analyser jusqu'à fin septembre les passages étroits dans lesquels les eaux de l'Aar pourraient s'engouffrer.

ATS