Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Initialement prévu pour la mi-novembre, le voyage d'une délégation d'experts suisses à l'usine de traitement de Mayak, en Russie, est reporté. Les travaux préparatoires avec l'agence russe de l'énergie atomique Rosatom n'ont pas pu être achevés à temps.

Une nouvelle date sera fixée dès que possible, a indiqué mercredi l'Office fédéral de l'énergie (OFEN). Le retard provient "des deux côtés", a précisé Marianne Zünd, porte-parole de l'office, interrogée par l'ats. Et d'ajouter que l'autorisation russe doit être accordée "en haut lieu".

L'usine de Mayak est dans le collimateur des organisations environnementales. Elle est soupçonnée de produire des émissions radioactives inadmissibles pour l'homme et l'environnement.

Cela fait plusieurs années qu'une délégation suisse souhaite aller examiner cette usine de traitement. L'Agence russe de l'énergie atomique Rosatom avait lâché du lest l'été passé en concédant l'accès à des experts suisses. Le groupe doit être composé de représentants de l'OFEN, des exploitants des centrales ainsi que de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN).

Uranium importé en Suisse

Greenpeace avait découvert que des centrales nucléaires suisses utilisaient de l'uranium traité à Mayak. Le groupe énergétique Axpo, propriétaire de la centrale de Beznau (AG) et possédant des parts dans celles de Leibstadt (AG) et Gösgen (SO), se fournissait auprès du groupe français Areva qui lui livrait l'uranium incriminé.

Après un refus en juin 2011, Axpo avait décidé de ne plus accepter de barres d'uranium en provenance de ce site controversé. Rosatom avait refusé l'accès au site à des membres du conseil d'administration d'Axpo. La raison officielle alors invoquée était que l'installation se trouve dans une zone d'interdiction militaire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS