Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président américain Barack Obama semblait assuré d'une victoire au Congrès pour l'accord sur le nucléaire iranien, après le ralliement mercredi d'un nombre suffisant de sénateurs. Le vote très attendu aura lieu mi-septembre à Washington D.C.

La sénatrice démocrate Barbara Mikulski a annoncé mercredi qu'elle voterait en faveur de l'accord nucléaire, portant le nombre de sénateurs favorables à 34. C'est le seuil que le président américain espérait atteindre, car il correspond à la minorité requise dans la chambre haute du Congrès pour bloquer la tentative républicaine de tuer le pacte.

Les chefs républicains du Congrès ont prévu de mettre aux voix, avant le 17 septembre, une résolution de désapprobation de l'accord nucléaire, qui devrait en tout état de cause être adoptée dans un premier temps, car les républicains ont à eux seuls la majorité absolue dans chaque chambre du Congrès.

Aucun soutien républicain

Barack Obama opposera son veto à la résolution, forçant un second vote, mais cette fois avec une majorité de deux tiers requise dans chacune des deux chambres pour surmonter le veto. Au Sénat, qui compte 100 élus, cette majorité est de 34 voix - un contingent atteint mercredi, après les ralliements la veille des sénateurs Bob Casey et Chris Coons. Aucun élu républicain n'a annoncé son soutien à ce jour.

Si la résolution était adoptée malgré le veto présidentiel, elle bloquerait l'application par les Etats-Unis de l'accord international du 14 juillet, qui prévoit la suspension des sanctions économiques les plus lourdes contre Téhéran. La levée des sanctions est la contrepartie réclamée par les Iraniens en échange des restrictions sur leur programme nucléaire.

ATS