Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Iran va lancer l'an prochain la construction d'une deuxième centrale nucléaire iranienne à Bouchehr (sud), à côté de la centrale actuelle construite par la Russie. C'est l'annonce faite dimanche par la télévision d'Etat, citant le chef du programme nucléaire iranien Fereydoun Abbassi Davani.

La télévision n'a pas donné davantage de précisions. L'année iranienne court du 21 mars 2013 au 20 mars 2014. "L'Iran va construire l'an prochain une centrale nucléaire de 1000 mégawatts à Bouchehr", a déclaré M. Abbassi Davani sans préciser si la Russie serait également associée à cette entreprise.

Les dirigeants iraniens ont annoncé à plusieurs reprises depuis deux ans leur intention de construire jusqu'à une vingtaine de centrales nucléaires, d'une puissance totale de 20'000 mégawatts, mais n'avaient jamais fait d'annonce précise concrétisant cette intention.

La centrale actuelle de Bouchehr, elle aussi d'une puissance de 1000 mégawatts, a été inaugurée en 2010 après 35 ans de travaux et de nombreuses vicissitudes politiques, techniques et financières. La Russie avait repris en 1995 un projet abandonné par l'Allemagne après la révolution islamique de 1979 et la guerre Iran-Irak (1980-88).

Enrichissement de 20%

L'Iran a en outre rejeté dimanche tout abandon de l'enrichissement d'uranium, à 20%. Cette exigence a été réclamée par les grandes puissances lors des discussions de Bagdad pour un règlement négocié de la crise autour du programme nucléaire iranien.

L'enrichissement d'uranium est au centre des inquiétudes de la communauté internationale sur la finalité du programme nucléaire iranien, que Téhéran présente comme purement pacifique mais que les Occidentaux soupçonnent de dissimuler un volet militaire.

Enrichi jusqu'à 5%, l'uranium sert de combustible à des centrales nucléaires. A 20%, il alimente les réacteurs de recherche. Mais au-delà de 90%, il peut servir à fabriquer l'arme atomique.

ATS