Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef de la diplomatie américaine John Kerry avait joué les éclaireurs il y a un mois au Mémorial d'Hiroshima

KEYSTONE/EPA/KIMIMASA MAYAMA

(sda-ats)

Le président américain Barack Obama se rendra sur le site d'Hiroshima le 27 mai. Il effectuera cette visite lors de son prochain voyage au Japon. C'est la première fois qu'un président des Etats-Unis en exercice sera sur place.

"Le président va rendre une visite historique à Hiroshima, avec le Premier ministre (Shinzo) Abe, pour souligner son engagement dans la poursuite de la paix et de la sécurité dans un monde sans armes nucléaires", a indiqué mardi la Maison Blanche.

Cela fait des mois que les rumeurs d'une visite du président circulent au Japon et aux Etats-Unis. Elles s'étaient encore intensifiées il y a quelques semaines lorsque le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, s'était rendu sur le site.

Kerry bouleversé

"Je n'oublierai jamais les images" exposées, qui "retournent l'estomac", avait confié M. Kerry le 11 avril, après la visite du musée de la ville martyre, qui offre un bouleversant témoignage de la fournaise nucléaire ayant dévasté Hiroshima. Le 6 août 1945 à 08h15, le bombardier américain Enola Gay a largué une bombe atomique sur la ville. Au moins 140'000 personnes trouvèrent la mort, sur le coup ou des suites des radiations et des brûlures.

"Tout le monde devrait voir et ressentir la puissance de ce mémorial", avait écrit le secrétaire d'Etat sur le livre d'or, laissant espérer une visite de M. Obama.

Ce déplacement est un exercice délicat pour le président qui risque de se le voir reproché aux Etats-Unis mais sera très certainement fort bien accueilli au Japon. Il est aussi logique pour un président qui a fait du désarmement nucléaire l'un des piliers de ses deux mandats.

Aucune excuse

Les attaques sur Hiroshima, puis sur Nagasaki (74'000 morts) trois jours plus tard, un acte pour lequel les Etats-Unis ne se sont jamais excusés, avaient précipité la capitulation du Japon et la fin de la 2e Guerre mondiale, le 15 août 1945.

Outre cette visite, M. Obama participera à une réunion du G-7 à Ise-Shima. Il viendra du Vietnam, où il doit passer plusieurs jours.

ATS