Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président américain Barack Obama a couvert d'éloges son homologue français Nicolas Sarkozy, vendredi soir lors d'un entretien croisé diffusé dans les journaux télévisés du soir de TF1 et France 2. Il a aussi exalté "l'amitié de longue date" entre Washington et Paris.

Selon M. Obama, "Nicolas a toujours été un partenaire ouvert, qui travaille beaucoup, qui a beaucoup d'énergie. Que ce soit sur des questions économiques, des questions liées à la sécurité, il a été un partenaire absolument essentiel".

Les deux présidents étaient installés pour l'occasion dans la mairie de Cannes, ville qui a accueilli jeudi et vendredi dans son palais des festivals la réunion du G20.

Le président américain a également assuré que "l'on n'aurait pas pu réussir en Libye sans le leadership de Nicolas et de l'Otan, on ne serait pas dans une position aussi forte en Afghanistan sans le leadership de Nicolas Sarkozy ainsi que des autres partenaires de notre coalition".

"Nicolas Sarkozy "est quelqu'un qui a beaucoup d'énergie, et c'est quelqu'un qui n'aime pas perdre, donc il va donner cette énergie à toute campagne éventuelle", a jugé le dirigeant américain. Il faisait allusion au fait que Nicolas Sarkozy briguera probablement un second mandat en 2012.

La relation entre la France et les Etats-Unis va "au-delà de la relation entre ses deux dirigeants" et "les Américains ont un respect énorme pour l'amitié de longue date entre nos deux pays", a tenu à souligner M. Obama.

En retour, le président Sarkozy n'a lui aussi pas tari d'éloges envers son homologue américain, "un homme que l'on peut convaincre" et "un homme courageux". "L'amitié entre la France et les Etats-Unis, c'est crucial mais l'amitié, ce n'est pas seulement les bons moments", a ajouté M. Sarkozy.

M. Sarkozy s'est particulièrement félicité de ce que M. Obama soit, selon lui, "le premier président des Etats-Unis à faire un pas vers une taxation des acteurs financiers. Je lui en suis reconnaissant", a-t-il dit.

ATS