Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les présidents américain Barack Obama et russe Vladimir Poutine ont appelé lundi à un "arrêt immédiat" de la violence en Syrie à l'issue d'une rencontre en marge du sommet du G20 à Los Cabos (Mexique). Ils ont fait état de "nombreux points communs" sur la question.

"Afin de mettre un terme à l'effusion de sang en Syrie, nous appelons à un arrêt immédiat de la violence", ont déclaré les deux dirigeants dans un communiqué commun, se disant "unis dans l'idée que le peuple syrien devrait pouvoir choisir son avenir de façon indépendante et démocratique".

"De mon point de vue, nous nous sommes découvert de nombreux points communs sur cette question", a par ailleurs dit le chef du Kremlin aux journalistes. "Nous sommes d'accord pour dire que nous devons pouvoir constater la cessation des violences", a de son côté déclaré M. Obama.

Les deux chefs d'Etat, le visage grave, ont appelé de leurs voeux "une solution politique" en Syrie, a indiqué Barack Obama. Pour y parvenir, ils se sont engagés à "travailler avec d'autres acteurs au niveau international" dont l'émissaire du Conseil de sécurité de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan.

Blocages

Moscou a bloqué par deux fois au Conseil de sécurité de l'ONU les tentatives occidentales de condamnation du président Bachar al Assad. La Russie estime que seul un dialogue entre l'opposition et le gouvernement est à même de résoudre la crise qui dure depuis quinze mois.

Par ailleurs, les deux dirigeants ont appelé l'Iran à respecter "pleinement" ses obligations et à faire la preuve de la nature pacifique de son programme nucléaire, alors que les négociations avec Téhéran piétinent.

MM. Obama et Poutine sont en outre convenus de rechercher un compromis pour surmonter leur différend sur le bouclier antimissile que les Etats-Unis cherchent à installer en Europe, et que Moscou refuse. "Malgré des évaluations divergentes, nous sommes convenus de continuer à chercher des solutions aux défis en matière de bouclier antimissile", précise le texte commun.

ATS