Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - Barack Obama estime que la proposition républicaine d'une prolongation de deux ans des réductions d'impôts en faveur des Américains les plus fortunés constitue une "base de négociation". Il voit un possible compromis.
Dans un entretien à l'émission "60 Minutes" qui devait être diffusée dimanche soir sur CBS, le président américain affirme que sa priorité est de s'assurer que les ménages gagnant moins de 250 000 dollars par an ne soient pas pénalisés par une hausse d'impôt.
Le moratoire sur les prélèvements obligatoires décidé par l'administration de George W. Bush arrive à expiration à la fin de l'année.
Cette question de la réduction de la pression fiscale constitue une bataille majeure pour Barack Obama qui doit désormais composer avec une Chambre des représentants à majorité républicaine après les élections de mi-mandat.
Les deux camps se testent sur ce sujet afin de voir quelle est exactement leur volonté de compromis.
Le républicain Joe Boehner, qui est en lice pour remplacer Nancy Pelosi au poste de président de la chambre basse, a proposé de prolonger le moratoire pour une durée de deux ans et de ramener les dépenses publiques domestiques au niveau de 2008.
"Je pense que lorsque l'on avance des données précises comme cela, il y a une base à la discussion", estime M. Obama. "Je crois que cela signifie que nous pouvons examiner quelles sont les perspectives budgétaires", ajoute-t-il aussi.
"Nous pouvons réfléchir aux besoins immédiats de l'économie, compte tenu de sa faiblesse persistante. Et on peut espérer s'accorder sur une série de faits qui conduisent à un compromis", dit-il encore.
Ce ton conciliant contraste avec les déclarations répétées pendant plusieurs mois et selon lesquelles il était impossible de conserver un taux d'imposition restreint pour les hauts revenus dont le manque à gagner pour le budget est de 700 milliards de dollars au total par décennie.
"Je pense que nous ne pouvons pas nous permettre d'emprunter et de dépenser 700 milliards de dollars en raison de réductions fiscales accordées aux millionaires et aux milliardaires", a dit M. Obama dans son allocution radiophonique hebdomadaire samedi.
M. Obama, qui accomplit une tournée de 10 jours en Asie, doit rencontrer les leaders démocrates et républicains le 18 novembre à la Maison Blanche pour discuter de la fiscalité et d'autres sujets.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS