Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - L'éventualité qu'une arme nucléaire tombe entre les mains d'une organisation terroriste constitue "la plus grande menace contre la sécurité des Etats-Unis", a déclaré dimanche le président Barack Obama. Un sommet la sécurité nucléaire s'ouvre lundi à Washington.
La plus grande menace contre la sécurité des Etats-Unis, que ce soit à court, à moyen ou à long terme, serait la possibilité qu'une organisation terroriste obtienne une arme nucléaire", a affirmé M. Obama au cours d'une rencontre avec son homologue sud-africain Jacob Zuma.
"Nous savons que des organisations comme Al-Qaïda sont en train d'essayer d'obtenir une arme nucléaire, une arme de destruction massive qu'elles n'auront aucun scrupule à utiliser", a ajouté le président des Etats-Unis, qui a invité une quarantaine de chefs d'Etat ou de gouvernement à participer à ce sommet, lundi et mardi dans la capitale fédérale américaine.
"Ce sommet a pour but principal de mettre la communauté internationale sur la voie d'une maîtrise du matériel nucléaire (non sécurisé) dans un temps imparti et avec un programme de travail spécifique", a précisé le président.
"Je suis très satisfait de voir que des pays ont adopté ce but et viennent à ce sommet, pas pour parler d'un soutien avec des généralités, mais plutôt avec des stratégies spécifiques pour résoudre ce grave problème international", a estimé M. Obama.
"Mais je suis très optimiste à l'heure actuelle quant à la solidité de l'engagement et au sens de l'urgence que j'ai ressenti de la part des dirigeants internationaux jusqu'ici sur ce problème", a assuré le président américain, se disant persuadé que "nous pouvons faire de grands progrès".
M. Obama a aussi souligné en présence de M. Zuma, qu'il rencontrait à Blair House, résidence traditionnelle des dirigeants étrangers en visite à une rue de la Maison Blanche, que "l'Afrique du Sud a un statut particulier, en tant que leader moral dans ce dossier", puisqu'elle a renoncé à l'intégralité de son programme nucléaire militaire dans les années 1990.
M. Obama a dit souhaiter que l'Afrique du Sud puisse "aider d'autres pays à adopter une stratégie de non-prolifération identique".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS