Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Barack Obama a prévenu lundi que l'économie américaine allait continuer à subir des "vents contraires" dans les prochains mois sous l'effet de la crise de la dette de la zone euro. Le président américain s'est dans le même temps montré confiant sur la survie de la monnaie unique.

"Je ne pense pas, en fin de compte, que les Européens laisseront l'euro se dégrader mais ils vont devoir prendre plusieurs mesures décisives", a déclaré le président américain, lors d'une campagne de collecte de fonds à New York.

"Je passe un temps considérable à tenter de travailler avec eux et le secrétaire d'Etat au Trésor Tim Geithner également", a-t-il ajouté. "Plus tôt ils prendront certaines actions décisives, mieux nous nous en sortirons", a-t-il ajouté.

Plan de relance

M. Obama a ensuite expliqué ce qu'il entendait pas "mesures décisives" en rappelant le plan de relance de près de 800 milliards de dollars que son administration avait fait adopter au printemps 2009.

"Malgré son impopularité, (ce plan) montre ce que nous avons évité, cette blessure par laquelle le sang continue à couler de façon chronique, et qui a été un problème énorme pas seulement pour l'Europe à l'heure actuelle, mais pour l'économie mondiale dans son ensemble", a noté le président.

M. Obama, candidat à un second mandat de quatre ans le 6 novembre, souffre dans les sondages du pessimisme de ses compatriotes sur les questions économiques. Le taux de chômage, à 8,2%, reste trois points plus élevé qu'avant la crise de 2008 et la Maison Blanche ne s'attend pas à ce qu'il retombe sous 7,9% d'ici à la fin de l'année.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS