Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - L'administration du président Barack Obama déployait mardi de gros efforts pour tenter d'éviter une impasse au Sénat américain sur une ratification du traité de désarmement START avant la fin de 2010. Cet accord est confronté à des républicains qui traînent les pieds.
"L'échec d'une adoption du nouveau traité START cette année mettrait notre sécurité nationale en danger", a affirmé le vice-président Biden dans un communiqué, en exprimant la volonté de l'administration Obama de continuer à oeuvrer à une adoption au Sénat "avant la fin de l'année".
Cette affirmation énergique du vice-président américain intervient après que le numéro deux de la minorité républicaine du Sénat, Jon Kyl, eut estimé un peu plus tôt dans la journée, qu'une ratification du traité ne pourrait pas intervenir avant 2011 et l'arrivée des nouveaux sénateurs issus des élections législatives du 2 novembre.
Les républicains du Sénat disposeront alors de davantage de voix: 47 sur 100 contre 41 sur 100 à ce jour. Aux Etats-Unis, les traités doivent être ratifiés par les deux tiers du Sénat, soit 67 élus sur 100. Même avec leur majorité actuelle de 59 sénateurs sur 100, les démocrates ont donc besoin de l'appui républicain pour faire ratifier le traité.
Branle-bas de combat démocrateL'administration estime toutefois avoir répondu aux inquiétudes des républicains. Mardi après-midi, M. Kyl était engagé dans d'intenses discussions avec la Maison Blanche sur le sujet.
Les républicains ont indiqué à plusieurs reprises qu'ils souhaitaient des assurances, dans le cadre du traité, quant à la possibilité de moderniser l'arsenal nucléaire américain et de garder une défense antimissile crédible.
Le nouveau traité de désarmement nucléaire START (acronyme en anglais de Traité sur la réduction des armes stratégiques) a été signé en avril par le président américain Barack Obama et son homologue russe Dmitri Medvedev. Il a été auparavant négocié principalement à Genève.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS